Agence de presse AhlulBayt

la source : ABNA
mercredi

29 mai 2024

18:33:43
1462094

Les forces armées iraniennes publient un deuxième rapport sur le crash de l'avion de Raissi

L'état-major général des forces armées iraniennes publie le deuxième rapport de la Commission suprême enquêtant sur l'accident d'avion dans lequel est tombé le martyr Raissi.

Agence de presse AhlulBayt (ABNA) : Dimanche 19 mai, le président iranien Seyed Ebrahim Raissi s'est rendu dans la province iranienne de l'Azerbaïdjan oriental, au nord-ouest du pays, pour inaugurer un barrage avec son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliyev. A son retour à Tabriz, la capitale provinciale, son hélicoptère a effectué un atterrissage forcé en raison des mauvaises conditions météorologiques.

Après des heures de recherches difficiles, le vice-président iranien a confirmé lundi matin le martyre de tous les occupants de l'hélicoptère : le président Raissi, le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdolahian ; le gouverneur de la province iranienne de l'Azerbaïdjan oriental, Malek Rahmati ; l'imam de la prière du vendredi à Tabriz (capitale provinciale), Seyed Mohamad Ali Ale Hashem, ainsi que le général Seyed Mehdi Moussavi, commandant de l'unité de protection du président, et plusieurs gardes et membres d'équipage.

Selon le deuxième rapport sur les causes de l'accident d'hélicoptère, publié ce mercredi par l'état-major général des forces armées iraniennes, les rapports reçus le même jour de l'accident par l'Organisation météorologique suggèrent que les prévisions de l'aéroport de Tabriz, l’origine du déplacement du président, météo prévue favorable aux règles de vol à vue (VFR) jusqu'à 08h50 (heure locale).

« Cependant, il est nécessaire d'enquêter plus en profondeur sur la météorologie sur la route du retour après avoir reçu les derniers documents reçus et les déclarations des pilotes et des passagers des deux autres hélicoptères [qui voyageaient à côté de l'hélicoptère avec Raissi à bord], qui étaient sera annoncé plus tard », indique le rapport.

Selon le rapport, la plupart des titres, dossiers et documents liés à l'entretien et à la réparation de l'hélicoptère accidenté ont été soigneusement examinés et aucun défaut n'a été trouvé qui pourrait causer l'accident en termes de réparation et d'entretien.

Les résultats des investigations montrent que la capacité de l'hélicoptère en termes de nombre de passagers et d'équipement, selon le poids standard maximum de l'hélicoptère au début du vol et au moment du décollage de l'origine à la destination et au retour, a été respecté dans les limites autorisées.

Selon les conversations enregistrées entre les pilotes du groupe de vol, 69 secondes se sont écoulées depuis le dernier contact avec les pilotes d'hélicoptère jusqu'à l'accident et la perte de réaction des pilotes ; Pour le moment, aucune annonce d'urgence n'a été enregistrée.

« Le temps approximatif annoncé (environ 1,5 minute) dans le premier rapport […] est confirmé à 69 secondes », détaille la note.

Selon l'échantillonnage et les tests des restes de l'hélicoptère et les distances des parties séparées du corps principal, l'apparition d'une explosion provoquée par un sabotage pendant le vol et quelques instants avant l'impact sur les pentes des hauteurs est exclue.

Pendant toute la durée de la mission et jusqu'à 69 secondes avant l'accident, le contact a été maintenu sur les fréquences spécifiées avec l'hélicoptère écrasé, et le dernier appel et message a été effectué par le commandant du groupe de vol, le martyr Seyed Taher Mostafavi, et, par conséquent, toute perturbation du système de communication ou interférence de fréquence est exclue. (Il convient de noter que la communication entre les deux autres hélicoptères s'est poursuivie jusqu'à l'atterrissage à la mine de cuivre de Sungun.)

Selon des experts spécialisés, aucune trace d'armes électroniques n'a été observée sur l'hélicoptère écrasé.

A la fin du rapport, l'état-major général des forces armées iraniennes a rappelé que les tests et l'analyse des données se poursuivront jusqu'à ce que la cause principale de l'accident soit découverte et que les résultats soient annoncés.

Fin/229