• "Les USA devront quitter le golfe Persique"

    Douglas Macgregor, un militaire américain en retrait qui est évoqué dans les médias comme un éventuel successeur du conseiller à la sécurité nationale des États-Unis John Boloton, a critiqué les prise de positions de l’entourage du président Trump qui cherchent à déclencher une guerre au Moyen-Orient.

    A suivre ...
  • USA/Iran : Riyad, le dindon de la farce?

    Le changement du discours est radical : Des 120 000 soldats US dont le déploiement avait été annoncé en grande pompe il y a dix jours et ce, pour répondre aux doléances de Riyad et d'Abou Dhabi, Washington ne retient en fin de compte que 1500 soldats et encore 600 d'entre eux se trouvent déjà sur place.

    A suivre ...
  • USA: pourquoi l'Iran ne dialoguera pas?

    Le représentant de la République islamique d’Iran auprès des Nations unies a fait paraître un article dans les colonnes de The Washington Post où il explique le refus de l'Iran d'ouvrir le dialogue avec l'administration US.

    A suivre ...
  • La politique US de la «vache à lait»

    L’annonce de l’envoi des troupes US au Moyen-Orient a fait beaucoup parler d’elle dans les médias saoudiens et émiratis. Et Trump a prétendu que ce nouvel envoi de renforts militaires se faisait à raison de la menace que l’Iran fait peser sur les intérêts américains dans la région.

    A suivre ...
  • USA/Iran : Trump face à un dilemme cornélien

    Entre un durcissement des pressions et une levée partielle ou complète des sanctions anti-iraniennes, le choix reste difficile pour les États-Unis. Une fois avoué, il leur serait peut-être plus facile de vivre avec leur échec. Dans une note parue dans le journal libanais Al-Binaa, l’expert en stratégie militaire et général de brigade à la retraite de l’armée libanaise, Amin Hoteit, s’intéresse à cette question. Les lignes qui suivent sont un résumé de son texte.

    A suivre ...
  • Deal du siècle "reporté"?

    L’administration américaine a décidé de reporter la mise en œuvre de son plan dit « Deal du siècle » jusqu’à nouvel ordre, a révélé le quotidien palestinien Al-Quds.

    A suivre ...
  • Un scientifique iranien « en otage » aux Etats-Unis

    Masoud Soleimani, un scientifique iranien arrêté aux États-Unis, a été « absolument pris en otage » par le gouvernement américain, a déclaré son frère appelant les organisations internationales des droits de l’homme et les instances responsables à intervenir après huit mois de son arrestations pour des raisons inconnus.

    A suivre ...
  • Pourquoi Thomas Jefferson possédait-il une copie du Coran ?

    Dans les années 1700, l’homme d’État américain Thomas Jefferson a acheté un exemplaire du Coran. Des documents historiques suggèrent que le troisième président des États-Unis avait acheté ce livre sacré alors qu’il était encore étudiant en droit. Seulement, d’autres affirment qu'il l'avait étudié pour «mieux comprendre ses ennemis musulmans en Afrique du Nord».

    A suivre ...
  • Guerre USA/Iran: le pronostic russe

    Le vice-ministre russe des Affaires étrangères et négociateur en chef sur le nucléaire a déclaré que Moscou ne sait pas jusqu’où iront les tensions entre Téhéran et Washington mais sait bien que la pression politique maximale de Washington ne porterait pas ses fruits.

    A suivre ...
  • Le S.O.S de Trump à l'Iran

    Sur le site web « Informed Comment », Juan Cole, professeur d'Histoire à l'Université du Michigan, écrit un article intitulé « Trump, otage de Bolton et de Pompeo, demande à l’Iran de le sauver ». Cet article tente d’examiner les raisons pour lesquelles le président américain a appelé les Iraniens à lui passer un coup de fil.

    A suivre ...
  • Bolton bientôt limogé?

    Les échecs consécutifs de l’équipe belliciste de John Bolton au sein de l’administration américaine dont ses tentatives ratées du « changement de régime » au Venezuela et en Corée du Nord, son bellicisme inné contre l'Iran et ses divergences de vues avec le secrétaire d’État Mike Pompeo pourraient contraindre Donald Trump à chasser son conseiller va-t-en-guerre.

    A suivre ...
  • "Notre groupe aéronaval, nos avions ne pourront rien contre les missiles iraniens" (l'US Navy)

    Les missiles iraniens constituent une menace réelle et permanente pour les forces américaines déployées au Moyen-Orient, affirme Scott Ritter, un ancien officier des renseignements de l'US Navy et inspecteur en armement de l’ONU en Irak de 1991 à 1998, pour qui c’est Israël qui a incité le gouvernement américain à déployer des forces militaires dans le golfe Persique. Ce faisant, Israël a exposé les forces américaines à de très graves dangers.

    A suivre ...
  • L’Iran répond à l’offre de dialogue de Trump

    L’ambassadeur d’Iran auprès des Nations unies a rejeté l’appel du président américain Donald Trump à de nouvelles négociations avec Téhéran, affirmant que le retrait de Trump de l’accord nucléaire de 2015 l’an dernier, indiquait qu’il pourrait « revenir de nouveau » sur sa décision lors de négociations futures.

    A suivre ...
  • CGRI: USS Lincoln franchira "le Rubicon"?

    Les États-Unis durcissent leurs pressions contre l’Iran dans le cadre de leurs sanctions unilatérales. John Bolton, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis parle d’attaque militaire et les Américains continuent pendant ce temps à se coordonner avec le CGRI pour pouvoir traverser le détroit d’Hormuz tout en n’osant interdire la libre navigation des navires iraniens dans les autres mers.

    A suivre ...
  • USA: un bluff de 100 000 tonnes?

    Le journal allemand Franffurter Allgemeine a publié cette semaine un article signé par Lorenz Hemicker portant sur les récentes déclarations du conseiller à la sécurité nationale du président américain, John Bolton, après le déploiement du porte-avions Abraham Lincoln. « Un bluff de 100 000 tonnes ? » s’interroge l’auteur.

    A suivre ...
  • USA/Iran : à un pas de la confrontation?

    Après avoir brûlé la quasi totalité de ses cartes, il ne reste à l'axe Bolton-Pompeo qu'un dernier recours : faire peur aux Iraniens. Le seul hic : ils ne connaissent ni les Iraniens ni la région , estime Hadi Mohamadi, joint par Presstv, en allusion à la décision du conseiller américain pour la sécurité nationale qui a annoncé l'envoi dans le golfe Persique d'une flotte composée d'un porte-avions et des bombardiers, façon d'envoyer un message "clair et indubitable" à l'Iran.

    A suivre ...
Pages spécial pour  le martyre de Général Qassem Soleimani  Et Abu Mahdi Almohandes
conference-abu-talib