Myanmar refuse de cesser de viser les musulmans Rohingyas

Myanmar refuse de cesser de viser les musulmans Rohingyas

Le gouvernement du Myanmar (Birmanie) a démenti dimanche l'existence de la persécution des musulmans Rohingya, en faisant valoir ses politiques de conciliation entre cette minorité et les idéologies extrémistes bouddhistes.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Certains lauréats du prix Nobel de la paix, y compris l'archevêque Desmond Tutu et l'ancien président du Timor oriental, Jose Ramos - Horta, pour deux conférences tenues en Norvège la semaine dernière, décrit comme "génocide" le massacre de musulmans sur le territoire Myanmar  et a exhorté le gouvernement à cesser la persécution sans règles qui sont faites contre cette minorité.

En réponse, le ministère des Affaires étrangères du Myanmar, dans un communiqué,  a rejeté la demande, justifie une telle initiative est d'ignorer les efforts du gouvernement pour créer une sphère de confiance entre bouddhistes et musulmans extrémistes l'État de Rakhine, situé dans le pays  d'Asie de l’Ouest.
 
Le même jour, la marine birmane a empêché l'entrée d'un groupe de journalistes Hla Thamee Island, où le gouvernement maintient plus de 700 migrants, principalement des musulmans Rohingyas, qui tentaient de quitter le pays pour rejoindre la côte malaisienne.

Les autorités birmanes ont forcé les journalistes à effacer tous les enregistrements, plus ils ont été demandé de ne pas revenir à la zone.
 
Marine birmane a mené vendredi, il y a à 727 personnes, dont 74 femmes et 45 enfants, après le sauvetage dans un bateau à la dérive au large des côtes du pays.

Au cours des dernières années, la violence sectaire du Myanmar à forcé des milliers de musulmans Rohingyas, considérée comme la minorité la plus opprimée dans le monde, selon l’Organisation des Nations Unies (ONU), à fuir vers la sécurité .La plupart d'entre eux voyagent vers la Malaisie à la dérive dans les bateaux rudimentaires.
 
Dans cette situation, le Myanmar et le Bangladesh vendredi juré d'attaquer les «racines» de la crise et « améliorer la vie des communautés en voie de disparition » par « la création d'emplois " et " aide au développement “.

À cet égard, le chef adjoint de la Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Volker Turk a déclaré que pour arrêter le flux d'immigrants Myanmar doit " assumer la responsabilité de tous ses citoyens ”. Une demande qui a été immédiatement confronté au refus de la Chine.
 
Le 21 mai,  des centaines de militants malaisiens et réfugiés Rohingyas se sont rassemblés devant l’ambassade  du Myanmar à Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie,  condamnant la discrimination contre la minorité musulmane dans ce pays à prédominance bouddhiste.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Pages spécial pour  le martyre de Général Qassem Soleimani  Et Abu Mahdi Almohandes
conference-abu-talib