Des milliers de manifestants appellent à la réforme constitutionnelle au Myanmar

Des milliers de manifestants appellent à la réforme constitutionnelle au Myanmar

Au Myanmar (Birmanie), des milliers de manifestants dirigés par le chef de l'opposition Aung San Suu Kyi, sont sortis ce samedi dans les rues de Yangon afin de réclamer des réformes de la Constitution.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Au cours de ce mars massif, militants pour la démocratie ont critiqué l'actuelle Constitution et demandé le soutien de la légalisation des minorités ethniques dans les élections présidentielles prévues pour 2015.

En outre, le chef de l'opposition de la Ligue nationale (NLD) San Suu Kyi, a souligné que son pays a besoin de réformes de la Constitution pour instaurer la démocratie dans tous les secteurs sociaux et politiques.
 
D'autre part, a insisté pour que le contenu de la Constitution doive être modifié pour veiller à ce que les élections soient libres et équitables.

Selon un article de la Constitution birmane, les gens qui épousent des étrangers ou à leurs enfants d'avoir la citoyenneté d'un autre pays ne peuvent pas devenir président ou vice-président.
 
Ainsi San Suu Kyi pourrait devenir obligatoire, à condition que des changements se produisent dans la Constitution, parce que, comme indiqué, n'est pas autorisé à assumer la présidence pour avoir épousé un étranger.

Pour modifier la Constitution actuelle, adoptée en 2008, exige le soutien de 75 pour cent des législateurs du Parlement, ce qui semble très difficile sans la complicité de l'armée, qui sont réservés par la loi de 25 pour cent des sièges.
 
La LND a renvoyé cinq autres grands partis des minorités ethniques en Birmanie ont formé une alliance en Juin 2013 afin de réduire les sièges parlementaires de l'armée avant les élections futures.

Fin/229


articles connexes

Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Pages spécial pour  le martyre de Général Qassem Soleimani  Et Abu Mahdi Almohandes
conference-abu-talib