Terrorisme d'État d’« Israël »

Terrorisme d'État d’« Israël »

Tôt mercredi, Al-Jazeera a rapporté sur sa chaîne Télégramme que les forces israéliennes avaient attaqué le camp de Jénine et encerclé une maison dans le quartier d'al-Jabriyat.

Agence de presse AhlulBayt (ABNA):Al-Jazeera a d'abord rapporté dans un article de dernière heure que sa correspondante, Shirin Abu Akleh, avait été blessée par balle par l'armée israélienne alors qu'elle couvrait l'attaque de l'armée israélienne contre le camp, mais a annoncé son martyre quelques minutes plus tard.

Le journaliste chevronné d'Al-Jazeera a été martyrisé alors qu'il portait un uniforme de presse et un casque.

Selon les premiers rapports, le tireur d'élite israélien a réussi à lui tirer une balle dans la tête et la balle a touché la partie inférieure de l'oreille de la journaliste, qui n'était pas couverte par son casque.

Des témoins oculaires ont également déclaré que les soldats israéliens avaient empêché une ambulance d'accéder à la scène du crime.

L'action des forces israéliennes, contraire au droit international, visait à empêcher les médias de remplir leur mission.

Des témoins locaux à Jénine ont déclaré que les tirs sur Shireen Abu Akleh étaient intentionnels.

Dans un communiqué, Al Jazeera a déclaré qu'Abou Akleh avait été "assassiné de sang-froid" et a appelé la communauté internationale à tenir les forces israéliennes pour responsables.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le collègue d'Abu Akleh a décrit les détails de l'événement tragique. « A 6h30 du matin, un véhicule transportant un groupe de journalistes est arrivé au premier rond-point du camp de réfugiés de Jénine.

Ils étaient là pour couvrir un raid israélien sur le camp, et un certain nombre de tireurs d'élite israéliens étaient stationnés sur les toits.

Shireen Abu Akleh est descendue du véhicule, portant un casque et un gilet pare-balles clairement marqués PRESS. Un tireur d'élite israélien lui a tiré dessus, l'atteignant juste en dessous de son oreille. Elle est tombée près d'un mur et les tirs ont continué, empêchant les autres journalistes de l'atteindre. Son collègue, Ali al-Samoudi, a également reçu une balle dans le dos », a-t-il déclaré.

Il a ensuite ajouté qu'ils avaient tous deux été transférés à l'hôpital Ibn Sina de Jénine, et que sa mort y avait été annoncée.

"Ne croyez pas les mensonges israéliens sur les "échanges de tirs". Ne tombez pas dans la formulation vide de sens des titres.

Il s'agissait de l'assassinat ciblé d'un journaliste par Israël, ce qu'ils ont fait en toute impunité à maintes reprises. C'est la procédure standard pour eux à ce stade », a-t-il noté.

Plus tard dans la journée, le correspondant d'Al-Jazeera a rapporté que la police d'occupation israélienne a pris d'assaut la maison d'Abou Akleh à Jérusalem et disperse actuellement le rassemblement dans ses environs.

Le crime scandaleux de tuer ce journaliste vétéran commis par l'armée israélienne a provoqué de nombreuses réactions des institutions palestiniennes, de l'Autorité palestinienne, des médias et des institutions judiciaires, et de nombreux pays, dont certains sont de proches alliés du régime.

Dans un communiqué, le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que le meurtre de Shireen Abu Akleh est très choquant.

"Nous le condamnons et exigeons une enquête transparente sur les circonstances du meurtre", a-t-il ajouté.

L'Autorité palestinienne a condamné l'opération israélienne et a blâmé le gouvernement israélien pour le scandale.

Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh et le président de l'Assemblée nationale palestinienne Rouhi Fattouh ont condamné la décision des forces israéliennes et ont présenté leurs condoléances pour le martyre d'Abu Akleh.

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a également écrit que la demande d'Israël pour une enquête sur le meurtre de Shireen Abu Akleh est une tentative scandaleuse d'éliminer ce crime.

Le ministère des Affaires étrangères du Qatar, la Ligue arabe, l'Organisation de la coopération islamique, Al-Jazeera, Human Rights Watch, les ministères des Affaires étrangères iranien, jordanien et néerlandais, le Hezbollah, l'Union des journalistes irakiens et l'organisation Al-Hashd al-Shabi figurent parmi les d'autres parties condamnant les atrocités brutales d'Israël et ont exprimé leurs condoléances et exigé que les auteurs de ce crime soient jugés.

Dans un effort pour réfuter la vérité, l'armée israélienne a annoncé qu'elle avait fait une proposition à l'Autorité Palestinienne pour mener une enquête conjointe sur la façon dont le correspondant d'Al Jazeera a été abattu.

Le porte-parole de l'armée israélienne, Ran Kochav, a déclaré que Tel-Aviv avait proposé aux Palestiniens d'enquêter conjointement sur les détails du meurtre d'Abou Akleh dans le camp de Jénine mercredi matin.

Kochav a affirmé que, contrairement à ce que les médias arabes ont rapporté, les premières estimations indiquaient que le journaliste avait été abattu par des hommes armés palestiniens dans le camp de Jénine.

Il a également affirmé qu'Israël avait travaillé avec le journaliste pendant de nombreuses années et que les Forces de défense israéliennes (FDI) attachaient une grande importance à la liberté de la presse !

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a également affirmé que selon les informations disponibles, il y avait une forte probabilité que des hommes armés palestiniens aient tué le journaliste d'Al-Jazeera lors d'une fusillade aveugle.

Aussi, dans un tweet publié mercredi midi, Yair Lapid, le ministre israélien des Affaires étrangères a déclaré : « Nous avons proposé aux Palestiniens une enquête pathologique conjointe sur la triste mort de la journaliste Shireen Abu Aqla. Les journalistes doivent être protégés dans les zones de conflit et nous avons tous la responsabilité de découvrir la vérité. Les forces de sécurité israéliennes continueront d'opérer partout où cela sera nécessaire pour empêcher le terrorisme et le meurtre d'Israéliens.

Cela ne signifie qu'une chose : les Israéliens continueront à tuer des membres de la presse, ainsi que des citoyens ordinaires, y compris des femmes et des enfants.

Parmi les nombreuses réactions à l'acte brutal d'Israël, le silence assourdissant des responsables des Émirats arabes unis et de l'Arabie saoudite est remarquable. Les pays qui ont normalisé leurs relations avec le régime israélien soutiennent ce régime tueur d'enfants pour qu'il poursuive ses agressions contre tous ceux qui tentent de refléter une image fidèle des atrocités d'Israël.

Même l'ambassade des États-Unis à Quds a appelé à une enquête approfondie sur le martyre et les blessures de deux journalistes d'Al Jazeera en soutien au plan d'Israël de mener une enquête.

"Nous sommes attristés par le meurtre de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh et nous appelons à une enquête approfondie sur les circonstances de son meurtre et des blessures d'un autre journaliste à Jénine", indique le communiqué de l'ambassade américaine.

Israël est plus isolé que jamais !

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE