Syrie: le bouclier US "sauté"

Syrie: le bouclier US

Les Kurdes syriens tirent des leçons du comportement américain en Afghanistan ?

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : En évoquant le retrait des Etats-Unis d'Afghanistan et l’abandon de l'armée afghane face à l'invasion des talibans, le rédacteur en chef de Rai al-Youm conseille donc aux Kurdes syriens de ne pas compter sur le soutien américain.

Les troupes américaines ont récemment décidé de quitter l'Afghanistan et de laisser l'armée afghane seule face à l’avancée des talibans. Atwan affirme qu’il revient aux Kurdes syriens de tirer des leçons de l’affaire afghane et de ne plus miser sur le soutien des Etats-Unis.

« La base militaire américaine près du puits de pétrole d'al-Omar dans la province syrienne de Deir ez-Zor a été touchée à plusieurs reprises par des roquettes et des drones. De même, la base d'Ain al-Asad dans l'ouest de l'Irak a été frappée et des sources locales ont entendu à plusieurs reprises des détonations et des sirènes d’alarmes en provenance des zones ciblées », a-t-il indiqué.

Mardi, SANA a rapporté qu’une colonne de fumée avait été aperçue autour de la base américaine dans le champ pétrolier d'al-Omar à l’est de la Syrie.

Selon Atwan, les attaques multipliées ces dernières semaines qui semblent être organisées par le groupe irakien Hachd al-Chaabi, font partie d'une nouvelle stratégie visant à chasser les États-Unis d'Irak et de Syrie et à les contraindre à démanteler toutes leurs bases militaires dans ces deux pays de la région.

Il y a un an et demi le président syrien Bachar Assad répondait à une question d’une chaîne télévisée russe sur la manière dont Damas avait réagi à l'occupation américaine des puits de pétrole et de gaz dans l'est de la province de Deir ez-Zor : « Les États-Unis ont dérangé leurs troupes en entrant en guerre dans une zone dominée par les terroristes, et cela, alors qu’ils sont en état de guerre civile [en référence à l'élection présidentielle américaine], mais cela ne signifie pas que les groupes de résistance ne seront pas formés pour expulser les Américains de la région. »

« Il est probable que les récentes attaques contre les bases américaines à proximité des puits de pétrole d’al-Omar soient le début d'une guérilla menée par les tribus arabes syriennes, coordonnée par les Hachd al-Chaabi en Irak », ajoute Atwan.

L'ancien président américain Donald Trump a établi cette base militaire pour protéger les puits de pétrole et de gaz dans l'est de la Syrie et transférer le pétrole et le gaz extraits à des sociétés israéliennes, ainsi qu'une partie de l’exploitation et de la vente aux éléments des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Le pillage des richesses pétrolières et gazières de la Syrie survient à un moment où le gouvernement et la population du pays ont un besoin urgent de carburant, les chauffeurs attendant parfois des heures derrière les stations-service pour de petites quantités de carburant alors que les États-Unis occupent des puits de pétrole. Et avec le boycott, seuls les séparatistes kurdes bénéficient des avantages de ces champs pétrolier et gazier.

L’administration Biden est arrivée à signer de nouveaux accords avec le Kremlin sur le dossier syrien, dont le dernier en date est un accord permettant aux convois humanitaires de traverser le passage de Bab al-Hawi dans la province d'Idlib en prélude à la réduction du nombre de victimes parmi les Américains. Et la sortie de Syrie et d'Irak est comme l'Afghanistan, et tout cela est défini dans le contexte d'une stratégie de retrait progressif de la région d'Asie de l’Ouest pour que les États-Unis puissent se concentrer sur le risque de croissance de la Chine et son influence en Asie de l'Est et dans le monde », constate le journaliste de Rai al-Youm.

Les groupes de résistance irakiens et syriens finiront par forcer les États-Unis à fuir la Syrie et l'Irak dans les mois à venir : comme les attaques contre les occupants américains en Irak en 2009 et 2010, dans lesquelles le gouvernement syrien a joué un rôle majeur en fournissant des forces et des armes à la résistance.

Les Etats-Unis abandonneront inévitablement la formation autonome kurde en Syrie, qui est une organisation illégale, tout comme elle a abandonné ses agents en Afghanistan, après une occupation qui a duré vingt ans : les talibans regagnent plus de 85 % de l’Afghanistan, s'emparant de 250 provinces sur un total de 290 districts alors que le gouvernement corrompu et fantoche du président Ashraf Ghani n'a plus sous contrôle que la capitale, Kaboul, et quelques autres petites villes.

 « Les États-Unis abandonneront les FDS et les Kurdes syriens tout comme ils ont laissé le gouvernement afghan et son armée de 300 000 hommes seuls », selon Atwan.

« Malheureusement, les Kurdes syriens ne tirent pas des leçons de l'histoire, et les États-Unis les ont plus d'une fois laissés seuls et ont poursuivi leurs propres intérêts. Tout comme les Américains ont utilisé les talibans pour chasser les Soviétiques puis les ont attaqués, ils veulent que les Kurdes syriens ne provoquent et affrontent que l'Irak, la Syrie et l'Iran. Et après avoir atteint leurs objectifs, ils incluent les Kurdes entre la Turquie et la Syrie et les groupes de résistance.

Je ne comprends pas la raison de leur confiance aux Américains et aux Israéliens ; Les États-Unis ont échoué en Irak, en Syrie et dans toute la région du Moyen-Orient, perdant près de 6 000 milliards de dollars et 5 000 soldats en Irak. Le pétrole et le gaz syriens reviendront au gouvernement et au peuple syriens, et le déroulement des événements à l'avenir confirmeront ce fait », a-t-il conclu.

\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\

Al-Bayda : Ansarallah domine al-Hajj

Des sources locales ont rapporté que les forces de l’armée et d’Ansarallah avaient pris le contrôle d’al-Hajj de la ville de Zahir dans la province d'al-Bayda.

L'armée yéménite et les Comités populaires (Ansarallah) en coopération avec les tribus de la province d'al-Bayda, ont récemment effectué deux opérations dans les districts de Soma et de Zaher, situés à al-Bayda.

Des dizaines de mercenaires affiliés à la coalition saoudienne, ainsi que des dirigeants d'Al-Qaïda, ont été tués et blessés dans les deux opérations.

Lors de cette opération, l'armée yéménite et les Comités populaires ont repris le contrôle total de Zaher, libérant également toutes les régions capturées par al-Qaïda, ayant joui des soutiens militaire, financier et médiatique de la coalition saoudienne.

Le porte-parole des forces armées yéménites, le général de brigade Yahya Saree, a déclaré hier dans un communiqué télévisé qu'en réponse aux attaques terroristes d'al-Qaïda, de vastes zones de la province d'al-Bayda avaient été libérées lors de l'opération Al-Nasr al-Mobin.

Le général de brigade Yahya Saree a par ailleurs déclaré que cette opération était une réponse aux attaques brutales et soutenus par la coalition saoudienne d'éléments terroristes de Daech et d'al-Qaïda dans la province d'al-Bayda.

Un porte-parole de l'armée yéménite a déclaré qu'il existait un lien étroit entre les groupes takfiristes et la coalition saoudienne contre le Yémen. Il a ajouté : « L'opération Al-Nasr Al-Mobin » n'a duré que 72 heures sur l'axe Al-Bayda.

Selon Yahya Saree, l'opération de reconquête de toutes les zones occupées par l'ennemi à Zaher et à Soma n'a duré que 72 heures. De grandes quantités d'armes et de matériel ont été saisies.

Des forces armées yéménites ont annoncé dans un communiqué que l'opération Al-Nasr al-Mobin visait à nettoyer les zones de Soma et de Zaher, et qu'il existait des liens étroits entre les groupes takfiristes et la coalition dirigée par le régime saoudien, qui les a soutenus avec des dizaines d'attaques.

Le général Saree a également le courage des habitants et des tribus d'al-Bayda dans les récentes victoires de la province, ajoutant que les opérations des forces armées se poursuivront jusqu'à la fin de l’occupation et la levée du blocus du Yémen.

Il a fait part de la publication d’un rapport détaillé de l'opération et des images associées dans un proche avenir.

Le porte-parole des forces de la Résistance yéménite a déclaré que l'opération Al-Nasr al-Mobin avait été menée en réponse à l'agression de Daech et d'al-Qaïda contre al-Bayda, avec le soutien de la coalition soutien.

342/


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imam Khamenei's message to pilgrims of Hajj 2021 in 37 languages
114