Sévère avertissement a l’AIEA

Sévère avertissement a l’AIEA

L'Iran affirme que la visite du chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, en Israël avant la réunion du Conseil des gouverneurs de lundi, est en contradiction avec les principes de l'agence, qui consistent à observer l'impartialité et à maintenir son statut technique et professionnel.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a fait ces remarques lors d'un appel téléphonique avec le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, vendredi, tout en soulignant les mesures destructrices du régime sioniste, qui est le "principal responsable des activités nucléaires illégales dans le monde".

Grossi est en voyage à Tel-Aviv et a rencontré le Premier ministre du régime sioniste, Naftali Bennett.

M. Amir-Abdollahian a déclaré à M. Borrell que l'Iran était déterminé à conclure un accord "bon, solide et durable" avec les cinq parties restantes du JCPOA sur la relance de l'accord et la levée des sanctions contre Téhéran.

Le haut diplomate iranien a fustigé la récente décision des États-Unis et des trois signataires européens de l'ACMP de préparer une résolution exhortant Téhéran à coopérer avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), déclarant qu'il s'agissait d'un comportement "hâtif et non constructif" qui va à l'encontre de la diplomatie et compliquerait davantage les négociations de Vienne.

"Toute action politique des États-Unis et des trois pays européens de l'AIEA rencontrera sans aucun doute une réponse proportionnée, efficace et immédiate de la République islamique d'Iran", a déclaré le chef de la diplomatie iranienne.

M. Amir-Abdollahian a également salué les efforts de M. Borrell au cours des négociations et a réitéré la détermination de l'Iran à poursuivre les pourparlers avec le groupe P4+1 jusqu'à ce qu'un résultat final soit atteint par une approche réaliste.

Pour sa part, M. Borrell a critiqué certaines tentatives visant à faire échouer les négociations. Le haut diplomate de l'UE a souligné l'importance de poursuivre les consultations afin de se distancer de l'atmosphère négative actuelle au sein de l'AIEA et de se concentrer sur la poursuite des négociations.

Amir-Abdollahian et Borrell ont également discuté des derniers développements concernant la levée des sanctions contre l'Iran et d'autres questions liées aux relations Téhéran-UE. Les deux diplomates ont exhorté l'AIEA à adopter une approche neutre et professionnelle.

Mercredi, le ministère iranien des affaires étrangères a prévenu qu'il répondrait de manière proportionnée à toute "décision non constructive" lors de la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs de l'AIEA.

"Ceux qui considèrent le Conseil des gouverneurs et le rapport du directeur général comme des leviers et des outils pour des jeux politiques contre l'Iran sont responsables de leurs conséquences", a déclaré Saeed Khatibzadeh, porte-parole du ministère des affaires étrangères, dans un communiqué.

Dans le cadre du JCPOA, l'Iran a accepté d'imposer certains plafonds à son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales. Les États-Unis se sont toutefois retirés unilatéralement de l'accord en 2018 et ont réimposé des sanctions à l'Iran malgré le respect total de ses obligations par Téhéran.

342/


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE