Mossad prend l'eau de toute part

Mossad prend l'eau de toute part

Trois hauts responsables du Mossad ont récemment démissionné en réaction aux décisions du nouveau chef de l'agence d'espionnage, rapporte Channel 13 de la télévision israélienne.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Selon ce rapport, trois des plus hauts responsables du Mossad – avec le rang comparatif de major-général dans l'armée – ont démissionné de leurs postes au cours des dernières semaines.

Parmi ceux qui auraient démissionné figurent le chef de la branche technologique, le chef des opérations et le chef de la branche chargée de la guerre antiterroriste. Un quatrième haut fonctionnaire envisagerait également de démissionner.

Le chef du Mossad, David Barnea, a succédé à Yossi Cohen en tant que chef du Mossad en juin. La démission des fonctionnaires serait directement liée aux décisions prises par Barnea de répartir les responsabilités au sein de l'agence d'espionnage et de diviser les branches existantes.

« Opération échouée » : des détails émergent sur une opération secrète israélienne qui a mal tourné

Une mission d'infiltration israélienne bâclée dans la bande de Gaza en novembre 2018 a tenté d'infiltrer les communications du Hamas.

De nouveaux détails sont apparus sur une opération de renseignement israélienne bâclée dans la bande de Gaza en novembre 2018.

Huit agents israéliens infiltrés  – qui étaient déguisés en Palestiniens et avaient pris les pseudonymes d'une vraie famille à Gaza – sont entrés dans l'enclave côtière le 11 novembre 2018 avec l'objectif de planter des dispositifs d'écoute sur le système de communication privé du Hamas.

Cependant, les sionistes ont été arrêtés et interrogés par une unité de patrouille du Hamas à Khan Younès pendant 40 minutes. Le programme a révélé que les agents israéliens infiltrés faisaient partie de l'unité Sayeret Matkal, qui a été créée en 1957 pour collecter des renseignements.

Les avions de guerre israéliens ont ensuite pilonné la région de Khan Younès avec des attaques aériennes pour donner à l'unité une couverture pour s'échapper en Israël, où ils ont été évacués par un hélicoptère.

Israël a payé un "prix élevé"

« L'opération elle-même a échoué, cela ne fait aucun doute », a déclaré à la chaîne d’information qatarie al-Jazeera Amir Oron, un analyste militaire israélien. « Quand vous envoyez quelqu'un [en mission secrète], vous ne voulez pas que l'autre partie sache tout. »

Le Hamas a confisqué la camionnette bleue dans laquelle l'unité voyageait ainsi que les fausses cartes d'identité palestiniennes.

Des ingénieurs de la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzeddine al-Qassam, ont pu contrôler les enregistrements, de l'unité Sayeret Matkal, leur permettant d'identifier les membres, leurs lieux d'entraînement et leurs rôles spécifiques, selon le rapport.

Les Brigades al-Qassam ont également pu accéder aux noms et aux photos de ces forces spéciales israéliennes.

La débâcle très publique et embarrassante a conduit à une série de limogeages au sein du renseignement militaire de l’armée israélienne ayant reconnu la défaite et la mort de l’un de ses officiers et la blessure d’un autre.

« Trois ans plus tard, le Hamas a révélé qu'il disposait d'un trésor d'informations et de sécurité grâce auquel il a pu déjouer des années de tentatives d'infiltration du système de communication secret du mouvement », a rapporté le quotidien libanais al-Akhbar.

Le samedi 12 janvier 2019, les Brigades al-Qassam, ont annoncé que leur combattant avaient saisi du matériel très secret lors d'une mission israélienne ratée dans l'est de la bande de Gaza en novembre dernier 2018.

Abou Obeida, porte-parole des Brigades al-Qassam a indiqué lors d'un point de presse à Gaza, que l'opération a été baptisée "tranchant de l'épée".

« Les Brigades al-Qassam ont saisi des dispositifs techniques et du matériel contenant des informations très secrètes, et l'ennemi (Israël) pensait qu'ils avaient été détruits après que ses avions de guerre aient frappé les véhicules de son unité secrète pendant la mission ratée », a précisé le porte-parole.

« L'ennemi et ses appareils de sécurité doivent être profondément inquiets, car nous avons un trésor de données secrètes qui nous donnera une dimension stratégique au niveau de la guerre des esprits contre l'occupation sioniste », a-t-il ajouté.

Al-Akhbar a révélé que « le tranchant de l'épée » représentait le premier test réel du développement du système de missiles palestinien, après que la Résistance a opéré, pour la première fois, pendant ce temps, un système de contrôle des missiles à travers qu'il pourrait lancer un grand nombre de missiles simultanément dans une zone. 

La Résistance a d'abord testé un système de télécommande pour tirer un grand nombre de missiles simultanément sur une zone, et 45 missiles ont été tirés sur Ashkelon. La Résistance a utilisé cette tactique réussie lors de l'opération de l’Epée de Qods en mai dernier, qui était un défi majeur pour le Dôme de fer, et le système n'a pas pu résister à une vague de missiles.

342/


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE