L'ONU est invitée à agir face au grave problème de santé d'Al-Zakzaky

L'ONU est invitée à agir face au grave problème de santé d'Al-Zakzaky

Cinquante personnalités du monde entier mettent en garde contre le grave état de santé du dirigeant musulman nigérian détenu et exigent un traitement médical urgent de la part de l'ONU.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Dans une lettre récemment adressée au secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, un groupe d'élites occidentales majoritaires ont demandé à Shaykh Ibrahim al-Zakzaky et à son épouse Mallima Zeenah de quitter le pays de recevoir un traitement médical d’urgence compte tenu du fait que la santé du haut dignitaire religieux chiite nigérian continue de se dégrader gravement à la suite des blessures infligées par les autorités nigérianes.

"Le mois dernier, les médecins qui ont examiné l'état de santé du dirigeant du Mouvement islamique du Nigéria (IMN) ont renouvelé sa demande de libération afin qu'il puisse avoir accès à un traitement médical après avoir constaté des niveaux élevés de toxicité de plomb dans son corps ", dit la lettre.

Les signataires de la lettre ont affirmé que le maintien en détention de ces deux personnalités, ainsi que de centaines d'autres personnes, constituait "une énorme tache sur la réputation du gouvernement nigérian". Selon la lettre, le président nigérian Muhammadu Buhari, en ne leur permettant pas de recevoir les soins médicaux dont ils ont besoin, ajoute "davantage de preuves de l'inhumanité et de la cruauté de son gouvernement".

La lettre a ensuite dénoncé la répression subie par le peuple nigérian pendant des années dans sa lutte pacifique pour accéder à ses droits fondamentaux à la citoyenneté.

"La demande des citoyens nigérians d'avoir un gouvernement élu démocratiquement dans lequel la majorité gouverne le pays est une demande très élémentaire. Pourquoi cette revendication primordiale de réaliser des droits sociaux minimaux dit-elle faire face aux atrocités du gouvernement, y compris l’emprisonnement, la torture et le meurtre? ", At-il souligné.

La note dénonce le fait que, selon les articles de la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH), "le comportement de ce régime autocratique envers son propre peuple (...) est considéré comme un crime et que l'ONU est responsable de la condamnation de ces actes lois internationales ".

Dans une autre partie de la lettre, les élites ont condamné "le silence des puissances mondiales et des prétendus défenseurs des droits de l'homme face à ces crimes contre l'humanité", tout en soulignant que ce "silence important et choquant" n'est plus surprenant que les autorités du "régime tyrannique" nigérian agissent avec leur soutien et dans le respect des intérêts de l'Occident.

Revendications soumises à l'ONU par les 50 personnalités du monde

Dans leur lettre, ces personnalités ont exhorté le plus haut représentant de l'ONU à se pencher d'urgence sur les problèmes suivants, afin de récupérer les actes les plus élémentaires d'Al-Zakzaky:

1- Prévoir des mesures urgentes pour mettre fin aux actions contraires aux normes internationales et contraires à l'article 25 de la DUDH concernant la situation sanitaire délicate de son éminence Cheikh Al-Zakzaky.

2- Fournir et assurer les arrangements nécessaires pour établir la démocratie et mettre en œuvre l'article 21 de la DUDH qui permet la réalisation d'un référendum à travers lequel chaque citoyen nigérian ne dispose que d'une voix.

3- Initier des mesures d'urgence pour mettre fin à la "tyrannie du régime dictatorial" du Nigeria qui menace la sécurité et la liberté des personnes en les emprisonnant, les torturant et les assassinant.
 
4- La libération immédiate des prisonniers politiques et l'enquête sur les crimes irresponsables du gouvernement du Nigéria devant les tribunaux internationaux compétents.

Le haut responsable chiite et son épouse ont été arrêtés en décembre 2015 après une violente descente de police dans leur résidence à Zaria, dans le nord de l'État de Kadun. Malgré la dure répression policière, les partisans se sont engagés à poursuivre les manifestations jusqu'à la libération du couple détenu et ont demandé au gouvernement de se conformer à l'ordre émis en décembre 2016 par la Haute Cour fédérale d'Abuja de les libérer.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

پیام رهبر انقلاب به مسلمانان جهان به مناسبت حج 1441 / 2020
conference-abu-talib