L'Iran s'infiltre dans la sécurité israélienne!

L'Iran s'infiltre dans la sécurité israélienne!

La presse israélienne vient de révéler le grand coup que le renseignement israélien a subi : un espion qui était candidat à la Knesset, figurait sur la liste électorale de Moshe Yaalon (!)

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Le richissime homme d’affaires israélien Yaquoub Abu Al-Qiaan a été inculpé pour espionnage. Il a été mis en examen lundi 12 juillet pour des délits sécuritaires graves – notamment pour ses contacts avec un agent étranger et pour avoir fourni des informations aux services de renseignement iraniens par le biais d’un agent libano-irakien, a fait savoir le service de sécurité du Shin Bet, repris par les médias.

Selon le Jerusalem Post, lors des dernières élections, Abu al-Qiaan, résidant de la ville bédouine de Hura, dans le sud des territoires occupés, s’était rangé du côté du parti Telem de l'ancien ministre des Affaires militaires, Moshe Yaalon, [qui l’avait inscrit sur la liste de son parti pour les élections de mars 2019]. Al-Qiaan était également lié à un militant clé du parti Raam dans le Néguev, a ajouté le journal.

Il a finalement été arrêté le 10 juin à la suite d'une enquête conjointe du Shin Bet et de la police israélienne, qui a révélé qu'en plus des contacts avec le libano-irakien, il avait un lien direct avec les services de renseignement iraniens.

L’intéressé est soupçonné d'avoir entretenu des liens interdits avec un libano-irakien qui l’a mis en contact avec des responsables du renseignement iranien à qui il a transmis des informations, précise le Shin Bet. Toutefois, la chaîne 12 de la télévision israélienne prétend que les informations fournies aux Iraniens, parmi lesquelles figurent les détails sur les activités de Benny Gantz, aujourd’hui ministre israélien des Affaires militaires, sont « sans valeur ».

Au cours de l'enquête, les services de sécurité ont déterminé qu'Abu al-Qiaan avait été en contact prolongé avec Haidar al-Mashhadani, qui servait d'intermédiaire auprès des responsables du renseignement iranien, a indiqué le Shin Bet.

Le Shin Bet a en outre affirmé qu'Abu al-Qiaan était à la recherche de nouvelles opportunités commerciales dans les pays arabes de la région grâce à sa source libano-irakienne.

Soulignant la nécessité de tenir de telles réunions secrètement, Abu al-Qiaan a également demandé à rencontrer d'autres personnalités travaillant avec al-Mashhadani, tout en sachant qu'il s'agissait de ressortissants iraniens, a poursuit le Shin Bet se référant aux épreuves à disposition des autorités.

Sans entrer dans les détails, le service de sécurité israélien déclare que l'affaire a été révélée dans le cadre des activités en cours ces dernières années avec pour objectif de contrecarrer les tentatives de l'Iran et de son allié libanais, Hezbollah, de recueillir des informations et d'attaquer de hauts responsables israéliens y compris des autorités militaires, et ce, par le biais des agents israéliens aussi biens dans les territoires occupés qu’à l’étranger.

Certains médias disent même qu’Abu al-Qiaan s’est aussi fait remarquer lors des émeutes arabes à Lod où il incitait le public contre le régime sioniste.

La semaine dernière, le tribunal du district d'Ashkelon a autorisé les médias à refléter la nouvelle, mais en déclarant uniquement qu’ « un citoyen israélien soupçonné de graves crimes contre la sécurité nationale avait été détenu pendant près de trois semaines sans avoir la permission de consulter un avocat ».

Les avocats du suspect, désormais connu sous le nom d'Abu al-Qiaan, ont nié les allégations de crimes contre la sécurité nationale auprès des médias sionistes tout en déclarant que le tribunal a ordonné sa libération.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imam Khamenei's message to pilgrims of Hajj 2021 in 37 languages
114