L'Iran rejette les approches des États-Unis et de ses partenaires européens sur le PIAC

L'Iran rejette les approches des États-Unis et de ses partenaires européens sur le PIAC

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères rejette les approches des États-Unis et de leurs partenaires européens dans la publication de communiqués « frauduleux » avant les pourparlers de Vienne.

Quatre jours avant que l'Iran et les pays qui restent encore dans l'accord nucléaire - officiellement nommé Plan d'action global (PIAC ou JCPOA, pour son sigle en anglais) - ne reviennent à la table du dialogue à Vienne, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Jatibzade, a comparé l'approche positive de son pays à l'approche négative et destructrice des États-Unis et du soi-disant trio européen (trois pays européens faisant partie du PIAC, à savoir : le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne) et a appelé à contrôler la priorités des deux côtés.

« À la veille des pourparlers de Vienne, les États-Unis et la troïka européenne publient des déclarations frauduleuses, ajoutent des sanctions, fabriquent des récits déformés et restent silencieux face aux menaces israéliennes », a-t-il écrit jeudi sur Twitter.

De même, le porte-parole a souligné dans son message que contrairement à Washington, « l'Iran forme une équipe de négociation sérieuse et de haut niveau, appelle à un bon accord immédiat et à la pleine mise en œuvre de la RCSNU 2231 [Résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies], et tient des consultations régionales, il suffit de comparer les priorités des deux parties ».

Les États-Unis non seulement n'ont pris aucune mesure positive pour rétablir les relations et réactiver l'accord, mais ils poursuivent leur politique de restriction unilatérale et coercitive. En fait, Washington ne poursuit que ses propres intérêts.

De plus, les parties européennes, en soutien aux États-Unis, ne remplissent pas non plus leurs obligations nucléaires, ce qui a conduit au rejet des responsables iraniens.

Les autorités iraniennes continuent de réitérer qu'elles n'accepteront de revenir au pacte nucléaire qu'avec la levée de toutes les sanctions américaines qui ont nui à l'économie du pays ces dernières années, pour lesquelles le peuple persan a beaucoup souffert.

Le prochain round de pourparlers est prévu le 29 novembre, où les missions et représentants négociateurs de l'Iran défendront à nouveau les positions de la République islamique face à la réactivation du PIAC.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imam Khamenei's message to pilgrims of Hajj 2021 in 37 languages
114