Les musulmans américains ont donné 1,8 milliard de dollars en charité en 2021 malgré l'augmentation des crimes de haine

Les musulmans américains ont donné 1,8 milliard de dollars en charité en 2021 malgré l'augmentation des crimes de haine

Les Américains musulmans ont donné environ 1,8 milliard de dollars en charité en 2021, la même année qui a vu une augmentation stupéfiante des cas de discrimination et de harcèlement à leur encontre, selon une étude récente.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : La Muslim Philanthropie Initiative de l'Université de l'Indiana a déclaré dans un rapport publié la semaine dernière que les Américains musulmans avaient donné environ 1,8 milliard de dollars en zakat, une organisation caritative religieuse obligatoire, l'année dernière.

Selon le rapport, le musulman moyen du pays a fait don d'environ 2 070 dollars en zakat.

La Zakat est l'un des cinq piliers de l'islam et une obligation annuelle pour tous les musulmans de verser une infime partie de leurs revenus et de leur richesse à des fins caritatives.

Shariq Siddiqui, directeur de la Muslim Philanthropie Initiative, a déclaré qu'il était très probable qu'une grande partie des 1,8 milliard de dollars ait été donnée ou promise pendant le mois de jeûne musulman du Ramadan, lorsque les récompenses pour les bonnes actions se multiplient.

"Il est essentiel que les organisations à but non lucratif et les organisations caritatives trouvent des moyens significatifs de s'engager avec les donateurs musulmans américains pendant le Ramadan", a déclaré Siddiqui.

Le rapport a montré que la majeure partie de la zakat était versée à des organisations internationales à but non lucratif.

"Bien que la Zakat soit une obligation religieuse, c'est aussi un moyen pour nous de lutter contre les maux sociaux dans nos communautés et de lutter contre les maux sociaux qui ont touché les gens, les ont appauvris, ont causé des vies difficiles aux gens", a déclaré Sharif Aly, le directeur général d'Islamic Relief USA, qui a financé l'étude, a été cité par Œil du Moyen-Orient (OMO) lundi.

Pendant ce temps, un important groupe de défense des droits des musulmans et des droits civiques affirme que les cas de discrimination et de harcèlement contre les musulmans américains ont augmenté de 9% l'année dernière, par rapport à 2020.

Le Conseil des relations américano-islamiques (Caire) a déclaré dans un rapport publié lundi avoir reçu 6 720 plaintes l'année dernière, avertissant que les chiffres mentionnés dans son rapport étaient encore sous-estimés.

"L'islamophobie est structurelle et profonde dans notre société", a déclaré lundi Nihad Awad, directeur exécutif du Caire, lors d'une conférence de presse.

"Cette suspicion est profonde car elle a un impact sur la vie de millions de musulmans américains. Elle s'est intensifiée au cours des trois dernières décennies depuis que Caire a commencé à documenter ces cas."

Le MEE a noté qu'il y avait une sous-déclaration des incidents. Le ministère de la Justice (DOJ) n'a enregistré que 110 incidents antimusulmans dans son rapport 2020 sur les crimes de haine, en baisse de près de 40 % par rapport à l'année précédente.

Le groupe de défense a exhorté le président américain Joe Biden et les membres du Congrès américain à dénoncer activement les incidents de parti pris antimusulmans et les crimes de haine.

Il a également recommandé que les forces de l'ordre fédérales poursuivent les actes de crimes de haine antimusulmans lorsque les forces de l'ordre locales ne le font pas.

"Les communautés musulmanes américaines ont été soumises à une surveillance de masse, à des expulsions, à des interrogatoires et à d'autres formes de harcèlement par les forces de l'ordre locales et fédérales sans aucune responsabilité en vue", indique le rapport.

"Cela finit par éroder la confiance dans les forces de l'ordre et entraîne une grave sous-déclaration des crimes de haine et des incidents de partialité."

Les crimes de haine antimusulmans aux États-Unis ont connu une augmentation alarmante ces dernières années, en particulier sous le mandat de l'ancien président américain Donald Trump, dont la rhétorique a alimenté le racisme et le harcèlement contre les musulmans.

La tendance s'est poursuivie, et dans certains cas s'est aggravée, sous le nouveau gouvernement démocrate dirigé par Joe Biden.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE