Les F-16 US livrés au Maroc!

Les F-16 US livrés au Maroc!

L'Administration de la Défense nationale du Maroc et la société américaine « Lockheed Martin » ont signé un nouvel accord pour la construction d'une installation industrielle de modernisation des chasseurs marocains, sur une superficie de 15 000 mètres carrés à la périphérie de la base aérienne de Benslimane, a rapporté RT arabe.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Le journal Hespress a indiqué que cette installation industrielle, exploitée par la société « Sabina », sera consacrée à l'entretien et au développement d'avions des Forces armées royales, et assurera l'entretien, la modernisation et la réparation des chasseurs F-16 et C-130 de la Royal Air Force, qui développera l'activité industrielle militaire et de défense des Forces armées royales marocaines.

Pour sa part, Dania Trent, vice-présidente de Lockheed Martin, a déclaré que « le Maroc disposera de meilleures installations industrielles et d'équipements militaires de pointe, tout en assurant une formation continue pour répondre aux besoins de l'armée de l'air marocaine ».

 

« La Royal Air Force devrait acquérir l'avion américain F-16 VIPER, selon une demande soumise par le Maroc, qui est faite par Lockheed Martin, spécialisé dans la fabrication d'avions de chasse », a souligné le journal Hespress.

Il convient de noter que le Maroc a conclu des accords avec des sociétés américaines pour équiper ses bases aériennes de Benslimane et Benjerir pour recevoir des avions de guerre, ce qui comprend la conception d'installations et d'infrastructures de soutien, y compris celles de simulation de vol et de leur sécurisation, et des dépôts de stockage, en plus du système de réservation d'avions, selon « Hespress ».

 

Cela intervient alors que Amar Bellani, l'envoyé spécial algérien chargé du Sahara occidental et des États du Maghreb, a déclaré que toute « éventuelle extension des hostilités marocaines au territoire national algérien pourrait être un prétexte à la guerre », dans le cadre de son commentaire sur la récente opération en dont l'Algérie a accusé son voisin occidental d'avoir bombardé des citoyens parmi lesquels des Algériens à la frontière entre la Mauritanie et le Sahara Occidental.

Selon Al-Quds Al-Arabi, il a déclaré dans une déclaration au site Internet algérien Al-Shorouk que ces attaques sont « des assassinats froidement orchestrés par le gouvernement marocain, et qu'ils ne passeront pas sans conséquence », ajoutant que « toute extension éventuelle de ces hostilités au territoire national algérien pourrait être un prétexte à la guerre », bien que l'Algérie ait affirmé à plusieurs reprises, selon lui, qu'elle ne ferait pas la guerre « sauf en cas de légitime défense ».

Concernant l’antécédent de ces attentats répétés, l'ambassadeur d'Algérie a déclaré que le régime marocain « cherche par tous les moyens à entraver les échanges entre l'Algérie et la Mauritanie, surtout depuis la visite du président mauritanien en Algérie et la conclusion d'un accord entre les deux gouvernements qui comprend la construction d'une route reliant le Sud algérien à la ville mauritanienne de Zouerate ».

 

Il a ajouté que le Maroc vise à entraver et faire avorter le rapprochement algéro-mauritanien, notamment dans le domaine commercial, car il est conscient que la promotion des échanges entre l'Algérie et la Mauritanie donnera à cette dernière plus d'espace en ce qui concerne la question stratégique de la diversification de ses flux commerciaux, alors que le Maroc cherche, selon lui, à monopoliser ce marché, notamment dans le domaine des agrumes.

L'ambassadeur algérien a poursuivi en déclarant: « Le Maroc craint que la route reliant Tindouf (l'extrême sud-ouest de l'Algérie) et Zouerate (nord de la Mauritanie) n'annule cet atout, car le projet permettra à la Mauritanie de prendre ses distances avec le régime expansionniste qui rêve encore d’un Grand Maroc avec ses frontières imaginaires aux abords du fleuve Sénégal… Tels sont les secrets et les motifs d'assassinats odieux qui ne peuvent être comparés qu'aux actes de terrorisme d'État que le Maroc commet lâchement contre des marchands pacifiques et des civils innocents qui ne représentent aucune menace pour les forces d'occupation marocaines. » Les déclarations de Blani montrent une nette escalade dans le ton contre le Maroc, alors que les responsables algériens évitent le terme « guerre » en parlant des conséquences de la crise entre les deux pays.

Auparavant, le ministère algérien des Affaires étrangères avait condamné ce qu'il qualifiait d’« assassinats dirigés à l'aide d'armes militaires de pointe par le Royaume du Maroc, en dehors de ses frontières internationalement reconnues, contre des civils innocents, ressortissants de trois pays de la région », et était allé jusqu'à pour qualifier ce qui s'est passé de « terrorisme d'État ». Il remplit « toutes les caractéristiques des exécutions extrajudiciaires qui exposent leurs auteurs à des comptes devant les organes compétents du système des Nations Unies ».

Dimanche dernier, le site spécialisé algérien Mena Defence a rapporté que l'armée de l'air marocaine avait effectué 8 frappes aériennes vers cinq heures du matin, visant un rassemblement de camions et de commerçants dans une zone proche d'Ain Ben Tili, à l'extrême nord de la Mauritanie. Et des sources locales ont été citées comme disant qu'un camion algérien a été endommagé lors de cette attaque.

Le lieu de l'accident, selon le site, est situé à moins d'un kilomètre du fort militaire qui porte le nom du village, et c'est un point de transit et de ravitaillement pour les camionneurs de la zone, où, au moment du bombardement, les voyageurs s'étaient rassemblés pour faire la prière du matin et manger le Suhoor.

Il est probable que le lieu du bombardement se trouvait dans le territoire sous contrôle du Polisario, à la frontière avec la Mauritanie, qui, pour sa part, a nié que l'opération ait eu lieu sur son territoire.

 

C'est la deuxième fois que l'Algérie accuse le Maroc de viser ses citoyens hors de ses frontières. Le 1er novembre 2021, trois chauffeurs routiers algériens ont été tués dans les territoires contrôlés par le Polisario à la suite d'un raid d'un drone marocain.

Les autorités algériennes ont déclaré à l'époque que le Maroc avait choisi un moment symbolique qui coïncide avec les célébrations de la Révolution algérienne pour attaquer les citoyens sans défense et ont juré de réagir.

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a envoyé des correspondances aux instances onusiennes et africaines, les mettant dans une image de l'attentat, que le Maroc, pour sa part, a refusé de reconnaître. La présidence algérienne a également déclaré dans un communiqué que l'acte marocain « montre une agression brutale et un terrorisme d'État », et que « l'assassinat de ces citoyens ne restera jamais sans réponse ».

 

342/


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE