Le professeur Hassan Mushaima a été isolé pendant 10 mois après avoir refusé de sortir des sanctions alternatives

Le professeur Hassan Mushaima a été isolé pendant 10 mois après avoir refusé de sortir des sanctions alternatives

Ali Mushaima a écrit sur son compte Twitter : "Après quelques jours, le père, le professeur Hassan Mushaima, termine son dixième mois d'isolement au centre de santé de Kano, sous couvert de traitement, qui est une forme de formalités sans gravité".

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Le militant Ali Mushaima, fils du chef détenu Hassan Mushaima, a déclaré que son père, le chef du mouvement Haq, vit en isolement depuis dix mois, en guise de punition pour son refus de libération conditionnelle sous peines alternatives.

Ali Mushaima a écrit sur son compte Twitter : "Après quelques jours, le père, le professeur Hassan Mushaima, termine son dixième mois d'isolement au centre de santé de Kano, sous couvert de traitement, qui est une forme de formalités sans gravité".

Il a ajouté : "Il est devenu clair au cours de cette longue période que l'objectif est de le punir par le renvoi après son refus catégorique de libération conditionnelle en vertu de peines alternatives".

Il a souligné que "le priver également de bains de soleil et de marche pendant toute cette période complique ses problèmes, d'autant plus qu'il souffre de diabète et d'allergies cutanées. Si ces problèmes et d'autres ne reçoivent pas les soins nécessaires et requis, alors quel est l'intérêt de son Présence au centre de santé ? A noter qu'il s'agit d'un lieu de rééducation et non d'un hôpital bien équipé. "Pour les soins, pas même les examens !"

Et il a ajouté : "Malgré l'isolement et la privation des droits les plus élémentaires et son état de santé préoccupant, le père est un musulman au commandement de Dieu, satisfait dans son affliction, avec une âme chère qui déteste l'humiliation, et une âme contente rassuré par le souvenir de Dieu, et le propriétaire d'une volonté d'acier que ces actions ne peuvent pas briser."

Il a conclu en disant : « La liberté est son droit, et son emprisonnement continu est une injustice ».

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE