Le premier avion transportant des prisonniers yéménites libérés arrive à l'aéroport d'Aden

Le premier avion transportant des prisonniers yéménites libérés arrive à l'aéroport d'Aden

Le premier groupe de prisonniers libérés de l'armée yéménite et de combattants de leurs comités populaires alliés est arrivé dans la ville côtière d'Aden, dans le sud du pays, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite affirmant que cette décision visait à soutenir les efforts de l'ONU pour consolider un accord de deux mois trêve qui est entrée en vigueur au début du mois dernier.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Le porte-parole de la coalition, le général Tourki al-Malki, a déclaré dans un communiqué que trois étapes du transport aérien des prisonniers vers Sanaa et Aden seraient achevées vendredi.

Selon les chaînes d'information saoudiennes al-Arabiya et al-Hadath, le premier avion, exploité par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a transporté 40 des prisonniers libérés à l'aéroport d'Aden.

Les chaînes basées à Dubaï ont ajouté que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite combattant au Yémen libérerait 108 prisonniers.

Un porte-parole du CICR a déclaré à l'AFP que l'organisation "facilitait le transfert de plus de 100 anciens détenus yéménites d'Arabie saoudite vers le Yémen".

Le porte-parole, Basheer Omar, a déclaré qu'il y aurait trois vols du CICR entre la ville saoudienne d'Abha et Aden.

La semaine dernière, Malki a déclaré que l'alliance militaire dirigée par Riyad libérerait 163 prisonniers de l'armée yéménite et des comités populaires, dans le cadre de ce qu'il a qualifié d'initiative humanitaire.

La coalition a déjà commencé à prendre des mesures pour libérer les prisonniers en coordination avec le CICR, a-t-il dit.

Plus tôt, Abdul Qader al-Murtada, chef du comité des affaires des prisonniers du gouvernement de salut national basé à Sanaa au Yémen, a déclaré que les autorités yéménites avaient fait une nouvelle offre à l'ONU qui prévoyait la libération de 200 prisonniers de chaque côté.

Le dernier grand échange de prisonniers, impliquant environ 1 000 détenus, a eu lieu en 2020 dans le cadre des mesures de renforcement de la confiance convenues lors des derniers pourparlers de paix tenus en 2018.

Au moins 12 patients yéménites gravement malades ayant besoin d'un traitement vital à l'étranger ont perdu la vie, alors qu'ils attendaient les vols promis par l'ONU et la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, a déclaré jeudi un haut responsable yéménite de la santé.

Le chef du Comité médical suprême du Yémen, le Dr Mutahar al-Darwish, a dénoncé le refus de la coalition d'ouvrir l'aéroport de Sanaa conformément à la trêve de deux mois négociée par l'ONU, déclarant que l'installation reste fermée aux vols humanitaires malgré le fait que la moitié du cessez-le-feu est passé.

Darwish a déclaré que ces décès prouvaient le mensonge des affirmations des organisations internationales sur l'humanité et l'aide aux civils innocents.

Les restrictions continues imposées à l'espace aérien du Yémen par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont eu des effets négatifs sur les patients gravement malades, car ils avaient accompli les procédures nécessaires pour se rendre dans la capitale jordanienne, Amman.

Le chef du Comité médical suprême du Yémen a ensuite appelé les personnes éprises de liberté et toutes les organisations internationales et humanitaires à assumer leur responsabilité envers la nation yéménite et les patients, à sauver leurs vies et à ne pas capituler devant les diktats de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

L'Arabie saoudite a lancé la guerre dévastatrice contre le Yémen en mars 2015 en collaboration avec un certain nombre de ses alliés et avec le soutien militaire et logistique des États-Unis et de plusieurs États occidentaux.

L'objectif était de ramener au pouvoir le régime ami de Riyad d'Abd Rabbuh Mansur Hadi et d'écraser le mouvement de résistance Ansarollah, qui gère les affaires de l'État en l'absence d'un gouvernement efficace au Yémen.

La guerre s'est arrêtée bien en deçà de tous ses objectifs, bien qu'elle ait tué des centaines de milliers de Yéménites et fait de tout le pays le théâtre de la pire crise humanitaire au monde.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE