"Le Hamas est le Hezbollah de la Palestine"

Un général israélien et chef du Département des Affaires palestiniennes du Renseignement militaire de Tsahal (AMAN) a qualifié la Résistance palestinienne (Hamas) de « Hezbollah de la Palestine » et reconnu l’échec de Tel-Aviv à créer un changement de fond dans les règles du jeu avec ce mouvement.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Michael Milstein a déclaré dans un article publié dans le journal hébreu Yediot Aharonot que le calme relatif qui règne dans la bande de Gaza six mois après l'opération « L'épée de Jérusalem », est similaire au calme qui régnait dans l’enclave palestinienne avant le 10 mai, mais dans le sillage de la tension à Jérusalem, la bataille de l’Epée de Qods a commencé.  

Il a ajouté qu'Israël enregistre apparemment un exploit sous la forme d'un long calme, mais il n'a pas réussi à atteindre la plupart des objectifs stratégiques qu'il s'est fixés à la fin de la bataille, et a promis qu'il y aurait un changement radical des règles du jeu entre lui et le Hamas.

Le général israélien a ajouté : « En pratique, le mouvement continue de contrôler la région et renforce même son emprise sur elle grâce à l'amélioration de la situation économique, tandis que l'influence de l'Autorité autonome dans la bande de Gaza diminue progressivement et que le Qatar continue de jouer un rôle majeur et est la partie extérieure la plus influente aux côtés de l'Égypte, sur la réalité de Gaza. »

Milstein a souligné que le nouvel accord de cessez-le-feu dans la bande de Gaza tout comme le précédent a été conclu sans que le Hamas soit tenu de faire des concessions sur des questions clés telles que les prisonniers et les personnes disparues ; il a même continué à renforcer ses capacités militaires en Cisjordanie occupée. « Après que le mouvement a mené de violents affrontements dans la bande de Gaza au cours du dernier semestre, à son apogée, un garde-frontière israélien a été tué, le Hamas ne poursuit aujourd’hui pratiquement qu’un seul objectif : maintenir la sécurité à Gaza, une situation dont la simple existence dans le temps prouve le contrôle total du mouvement sur la région », a ajouté le général sioniste.

L'auteur de l’article considère que le cessez-le-feu donne à Israël le calme à court terme, mais qu'il entraîne la possibilité d'une augmentation des menaces à long terme. De plus, la réalité formée à Gaza constitue la reconnaissance la plus explicite par Israël à ce jour du Hamas comme une réalité qui existe sur le long terme et dans une large mesure similaire à la forme sous laquelle elle est perçue par le Hezbollah.

Il a ajouté que « cela reflète l'amère vérité qu'Israël n'a pas d'alternative stratégique pour Gaza, car le renversement du Hamas, le nettoyage de la bande de Gaza et le déploiement d’une force internationale dans la région ne sont pas des scénarios réalistes ».

« Israël n'a pas d'autre choix que de choisir entre des escarmouches continues qui signifient un manque de calme sécuritaire et un règlement à long terme que le Hamas exploitera, bien sûr, pour se consolider et s'intensifier en vue de futures batailles », a-t-il indiqué.

En plus de ce qui a été mentionné ci-dessus, le général israélien a dit à la conclusion de son article que « le cessez-le-feu obtenu à Gaza incarne plus que toute autre chose l'absence d'une stratégie israélienne dans la question palestinienne, que ce soit par manque de volonté ou de pouvoir. En l'absence de la détermination nécessaire, Israël recourt à une « paix économique » qui apportera la paix à court terme mais nuira à Tel-Aviv à long terme ».

342/

Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE