La Grande-Bretagne tente d'allumer un feu de sédition : l'ayatollah Ramazani

La Grande-Bretagne tente d'allumer un feu de sédition : l'ayatollah Ramazani

Le secrétaire général de l'Assemblée mondiale d'AhlulBayt (as) a déclaré : "Malheureusement, plus que jamais, la Grande-Bretagne incite les extrémistes chiites et les extrémistes sunnites, et essaie d'allumer des tirs de sédition".

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Lors de sa visite au Liban, l'ayatollah Reza Ramazani, secrétaire général de l'Assemblée mondiale AhlulBayt (as) a rencontré Hojat al-Islam Cheikh Ahmad Qabalan, fils d'Allameh Abdul Amir Qabalan, l'ancien président du Conseil suprême des chiites du Liban.

Au début de la réunion, Cheikh Ahmad Qabalan a déclaré : « Mon père, feu Allamah Abdul Amir Qabalan, a toujours cherché à former un conseil pour les affaires jurisprudentielles chiites avec la participation de tous les pays chiites, afin que ce conseil essaie toujours stratégiquement de maintenir le marjaiat chiite en s'occupant des affaires chiites. Les responsabilités, les actions et l'avenir de nombreux chiites sont affectés par les opinions et les fatwas. Avec la présence de l'ayatollah Ramazani, j'espère que le plan de feu Allameh Qabalan sera réalisé.

À l'issue de la réunion, tout en exprimant sa satisfaction concernant les questions soulevées par le cheikh Ahmad Qabalan, l'ayatollah Ramazani a déclaré : " Dans cette réunion, c'est comme si j'étais devant le cheikh Shams al-Din et feu Allameh Qabalan. J'espère que Cheikh Ahmad poursuivra le chemin de son père et des autres oulémas. À mon avis, les ennemis étaient hostiles à l'imam Musa Sadr et à feu Shams al-Din en raison de leurs visions claires."

"Malheureusement, plus que jamais, la Grande-Bretagne incite les extrémistes chiites et les extrémistes sunnites, et tente d'allumer des tirs de sédition. Au point qu'il a même détourné certains Marjas des deux dénominations. Nous devons consciemment faire attention aux complots de l'ennemi séditionniste. Le Conseil suprême des chiites du Liban devrait jouer un rôle plus actif et, dans une perspective interactive, prendre des mesures pour participer à la société et communiquer avec d'autres religions et confessions », a-t-il poursuivi.

Dans la dernière partie de la réunion, Cheikh Ahmad Qabalan a déclaré : « Aujourd'hui, les institutions chiites au Liban ont besoin du soutien financier de la République islamique d'Iran afin d'être plus actives dans la poursuite de leur chemin. La mauvaise situation économique du Liban a laissé les institutions chiites seules dans le pays. D'un autre côté, les États-Unis et l'Occident ont l'intention d'affaiblir ces institutions par des pressions économiques pour modifier les résultats des élections en leur faveur.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE