Israël/Syrie: The Game is Over ....

Israël/Syrie: The Game is Over ....

Les vendredi, samedi et dimanche 26, 27 et 28 février resteront à jamais dans les annales de guerre de l'entité factice d'Israël : pourquoi?

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Il s'est agi de décider ni plus ni moins d'une "riposte militaire contre l'Iran", que l'entité sioniste accuse désormais sans trop oser le crier sur les toits et en prenant toutes les pincettes possibles et imaginables d'avoir attaqué MV Helios Ray, base d'espionnage flottante de 36 mètres de haut et d'une capacité de tonnage de 21 000 tonnes, "frappée mystérieusement le 25 au soir, alors qu'il venait juste de franchir le détroit d'Hormuz. Le bâtiment que le Mossad de Yossi Cohen avait déguisé en "Parking" avec au premier étage des bagnoles export-import, le faisant même appareiller sous le drapeau de sa Majesté Elizabeth, avait quitté Dammam port saoudien "ami" pour Singapour dans dans le cadre de cet accord de normalisation qui fait de Netanyahu, de Ben Salmane et de Ben Zayed, des frères de sang mais que le nouvel occupant du bureau ovale n'aime pas trop puisqu'il a compris que cela a bien desservi les intérêts de l'axe US/sionisme au lieu de le servir en le fragilisant face à la Résistance.

Hélios Ray devait, une fois franchi le détroit d'Hormuz, "collectait de judicieux renseignements sur les côtes iraniennes et les sites militaires ou énergétiques qu'elles cacheraient car, que soit en passant, le "mascarade dialogique" que Biden joue en ce moment à l'encontre de l'axe de la Résistance, Iran compris, n'est qu'un intermède, et que le face-à-face USA/Résistance, de plus en plus inévitable, est déjà entré dans son sprinte final avec une Amérique aux abois en Irak, quasi défait au Yémen, ankylosé au Liban, inexistant à Gaza, fantomatique dans le golfe Persique et qui se cherche désespéramment à se refaire une petite santé en Syrie, soit sur le terrain le plus accidenté qui soit puisqu' outre la Résistance, c'est la Russie qui l'y attend au tournant. 

Bref, Hélios Ray n'a pas fini son trajet ce 25 février, secoué puis stoppé net par on ne sait quel mystérieux procédé, alors qu'il se trouvait à quelques lieux du port iranien de JaskCe dimanche, les experts israéliens dépêchés à Dubaï où le navire a accosté en catastrophe n'ont rien compris à l'incident, si ce n'est que, "ce ne pourrait être que l'Iran à l'origine de l'incident" et qu’Israël, humiliation suprême, est devenu à son corps défendant, un "levier de pression anti-US entre les mains de Téhéran qui veut briser Biden, et que vu des montagnes de vantardises vendus ces trois derniers mois aux émirs du golfe Persique comme quoi une alliance militaire avec l'ange israélien doté de F-35, les sauveraient du diable iranien, Israël devra riposter! Sauf qu'une "riposte" à l'Iran est loin d'être une promenade de santé!

DEBKAfile, site proche du renseignement de l'armée sioniste écrit ce 28 février :  "Israël soupèse les représailles pour l’attaque à la roquette iranienne contre un cargo dans le contexte des relations avec les États-Unis et le Golfe. Avant de riposter à l’attaque à la roquette iranienne contre le porte-automobile MV Hélios Ray dans le golfe d’Oman, Israël est tenu de considérer les ramifications plus larges de l’incident. Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a déclaré que c’était son « évaluation initiale » que l’Iran était responsable. « L’emplacement du navire relativement proche de l’Iran l’indique », a-t-il déclaré, avant que deux enquêteurs israéliens ne se rendent samedi à Dubaï pour se joindre à l’enquête internationale sur l’incident".

Et le site d'ajouter :

" Nos sources rapportent que les eaux de la région regorgent de bateaux lance-missiles des Gardiens de la révolution iraniens et qu’ils ont très probablement tiré des roquettes sur le cargo israélien alors qu’il était en route entre l’Arabie saoudite et Singapour. Les explosions ont laissé des trous au-dessus de la ligne de flottaison des deux côtés de la coque. Le gouvernement israélien et les chefs de l’armée israélienne soutiennent que cette attaque ne peut pas rester sans réponse, mais ils comprennent qu’une sérieuse analyse s’impose, car riposter contre l’Iran peut générer des contre-attaques iraniennes en cascades qui pourraient également attirer ses alliés au Liban, en Syrie, en Irak et dans la bande de Gaza. Une confrontation plus large peut s’ensuivre avec des répercussions difficiles à contrôler".

Et dire que le chef de l'état-major israélien, le bluffeur Aviv Kouchavi, évoquait il y a peu "différents scénarios sur la table pour faire face à ""l'axe pro-iranien"" et ce, dans le cadre d'une vaste manœuvre générale "au mois de mars, propre à exercer l'armée sioniste dans le cadre d'une guerre multifronts"! A vrai dire, au stade où se trouve l'enquête, les Israéliens ignorent totalement ce qui leur est arrivé, qui a fait le coup et surtout comment.

C'est par déduction qu'il accuse l'Iran et c'est cela qui est le pire dans toute cette histoire parce que cela sonne le glas de l'aventure ces deux brèches ouverts grands des deux cotés du navire au dessus de la ligne de flottaison, est-ce l'impact  d'un missile de croisière comme celui qui vient de s'abattre sur la capitale ami d’Israël Riyad ce 28 février, en ayant traversé pas moins de six couches de DCA y compris Patriot? ou est-ce l'oeuvre d'une mine marine dont l'Iran dispose une grande variété, y compris des «charges d'influence, acoustiques, magnétiques et de contact» et au nombre desquelles figurent le redoutable MDM06, mine à ancre ou encore EM52 lequel possède une ogive de 250 kg propulsée par une fusée qui court du bas vers les cibles détectées à des vitesses supérieures à 100 nœuds et dont la version MC52 est impossible à balayer et qui se déclenche sur la signature magnétique, acoustique, de pression ou sismique d'un navire, lorsqu'une coque passe près des capteurs de la mine?

C'est vrai que franchir le détroit d'Hormuz n'est à la portée du premier venu surtout quand il traîne l'attribut sioniste. La Ve flotte US en sait quelque chose, elle qui a renoncé pour de bon et au terme de deux mois de tentative au mois de décembre et janvier à son USS Nimitz et qui n'a eu que pour toute réaction à l'affaire Hélios Ray que cette phrase : " on suit de près l'affaire". 

D'où cette riposte "parodique" d'Israël qui vient de se produire dans la nuit de 28 février au premier mars non pas dans le golfe Persique, ni sur le front Nord encore mois à Gaza mais bien en Syrie, une riposte que l'armée israélienne se précipite par presse interposée à justifier aux yeux de la Russie dont l'émissaire Lavrentiev recommandait dans une récente note l'abattage des F-16 israélien non pas dans le ciel de la Syrie mas dans celui du Liban voire la Jordanie. Ynet écrit : 

" Notre commentateur Ron Ben Yishai ajoute que selon des informations en Syrie, plusieurs cibles iraniennes ont été attaquées dans la région de Damas. Si Israël est celui qui a attaqué, on peut estimer qu’il s’agit d’une réponse de représailles à l’attaque d’un navire israélien dans le golfe d’Oman jeudi. Et cela en dépit du fait qu’il n’y a aucune certitude que les Iraniens avaient l’intention de nuire à une cible israélienne. Notre commentateur estime que l’action d’hier soir que la Syrie attribue à Israël n’a pas été menée dans le cadre de la campagne de l’entre-deux-guerres (MMB) en Syrie. L’attaque en Syrie ne semble appartenir à aucune de ces deux catégories."

Heureusement que le ridicule ne tue pas! Sur les vidéos publiées ce lundi matin par l'agence de presse syrienne SANA, la frappe au missile de croisière sioniste visant vers 22H heure locale la banlieue de Damas est un chef-d'oeuvre d"imprécision" et  de "non furtivité",  bref, "une messe totale" comme diraient les Américains. Un peu comme la manœuvre ratée de deux F-15 de Biden, qui ayant décollé de la Jordanie voisine, ont frappé des cabines mobiles à Abou Kamal, en lieu et place des stocks de missiles tactiques souterrains d'Abou Kamal.

Sur les vidéos que publient ce matin SANA, les contre-missiles de la DCA renforcée de l’aéroport de Damas détruisent un après un les missiles israéliens qui ont l'air de cartouches mouillées: " A 22h16 (Heure locale) des missiles israéliens ont été tirés sur des cibles dans la banlieue de Damas. La DCA syrienne en a intercepté la plupart. Retranchés dans le Golan, les avions israéliens ont tiré plus de 10 missiles .. mais il n'a fallu que six minutes à la DCA syrienne pour qu'elle intercepte et détruise les engins. De fortes explosions ont été entendues au-dessus de Damas, dues à l’interception des missiles puis le calme est revenu." 

Ainsi se terminent les quatre ans de campagne parfaitement stérile dite "de guerre dans la guerre" dans un ciel syrien visiblement mieux loti qu'il y a quelques mois et doté de nouveaux équipements qui opèrent autrement que le S-300 et le S-400 ligotés par des compromissions. C'est pour le reste, la seconde démonstration de force de l'axe de la Résistance dans le ciel de la Syrie, en l'espace de quatre jours, la première étant celle qui a fait du raid aérien du général Austin, un désaveu total pour le mythe d'un US Air Force éternellement gagnante. Quant aux mers et aux océans, l'affaire de Hélios Ray ne serait visiblement qu'un début, les cargos et les bâtiments de guerre déguisés ou pas d’Israël étant traqués à travers toutes les voies maritimes stratégiques de la région, golfe Persique, mer Rouge, mer d'Oman, mer Arabe, Méditerranée quand ce ne sont pas des commandos marins du Hezbollah et de Gaza qui s'en prendraient aux site onshore et offshore d'Israël dont les photos-satellites sont publiées ces jours-ci à un rythme fou.

Alors la riposte, Israël ferait mieux de l'oublier et pour de bon, s'il ne veut pas connaître le sort de cette grenouille de La Fontaine qui jouait au bœuf... "The game's over". 

342/


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

114
پیام رهبر انقلاب به مسلمانان جهان به مناسبت حج 1441 / 2020