Israël/Golfiens: la cyber-alliance brise!

Israël/Golfiens: la cyber-alliance brise!

Ce n'est pas que des missiles de la Résistance qui tirés massivement contre Israël, comme ce qui s'est passé en mai, qui sont à même de bousiller les ambitions militaires énergétiques conjointes Émirats Israël..., genre cet oléoduc Émirats-Eilat auquel Israël a renoncé sous le ridicule prétexte d’avoir à protéger les coraux.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : La campagne de cyberattaque croisée de ces dernières semaines contre Israël, laquelle a visé l'armée, son service de renseignement et l'industrie militaire, a fini par briser la cyber-normalisation.

Israël a réduit sa liste de pays éligibles pour acheter ses cybertechnologies suite aux inquiétudes suscitées par d'éventuels abus à l'étranger d'un outil de piratage vendu par la société israélienne NSO Group, a rapporté jeudi le journal financier israélien Calcalist.

Le journal, qui n'a pas divulgué ses sources, a déclaré que le Mexique, le Maroc, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis faisaient partie des pays qui seraient désormais interdits d'importer la cyber-technologie israélienne. La liste des pays autorisés à l'acheter a été réduite à seulement 37 États, contre 102.

Le ministère israélien des Affaires militaires, répondant au rapport, a déclaré dans un communiqué qu'il prenait « les mesures appropriées » lorsque les conditions d'utilisation définies dans les licences d'exportation qu'il délivre sont violées, mais n'a pas confirmé que les licences avaient été révoquées.

Israël subit des pressions pour freiner les exportations de logiciels espions depuis juillet, lorsqu'un groupe d'agences de presse internationales a signalé que l'outil Pegasus de NSO avait été utilisé pour pirater les téléphones de journalistes, de responsables gouvernementaux et de militants des droits de l'homme dans plusieurs pays.

Le Maroc et les Émirats arabes unis, qui ont tous deux normalisé leurs relations avec Israël l'année dernière, ainsi que l'Arabie saoudite et le Mexique figuraient parmi les pays où Pegasus a été lié à la surveillance politique, selon Amnesty International et le Citizen Lab de l'Université de Toronto qui étudie la surveillance.

Plus tôt ce mois-ci, des responsables américains ont placé NSO sur sa liste noire commerciale pour avoir vendu des logiciels espions aux gouvernements qui en ont fait un mauvais usage. La société a déclaré qu'elle était consternée par cette décision, car ses technologies « soutenaient les intérêts et les politiques de sécurité nationale des États-Unis en empêchant le terrorisme et la criminalité ».

NSO a également fait l'objet de poursuites et de critiques de la part de grandes entreprises technologiques qui l'accusent d'exposer leurs clients au piratage.

L'interdiction de la vente de technologies de cyberespionnage à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis montre que Tel-Aviv a travaillé en étroite collaboration avec les deux pays dans le passé. Cependant, il semble que cette mesure de Tel-Aviv ne soit qu'un geste politique et le régime sioniste poursuivra sa coopération avec ces deux pays.

Les États-Unis et le régime sioniste ont été attaqués à plusieurs reprises par divers ransomwares et pirates au cours des derniers mois, et des informations importantes ont été sorties de leurs grands centres sensibles. Les responsables américains et sionistes ont à chaque fois accusé les pirates informatiques d'Iran et de Russie d’être impliqués dans ces cyberattaques.

342/


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE