Israël : "Aucun soupçon de crime" dans le meurtre du journaliste palestinien Abu Akleh

Israël :

Israël affirme qu'il n'y a « aucun soupçon de crime » dans le meurtre de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh malgré un tollé international, deux semaines après que les forces israéliennes ont abattu le journaliste vétéran en Cisjordanie occupée.

Agence de presse AhlulBayt (ABNA):Abu Akleh, un vétéran du service arabe du réseau Al Jazeera basé au Qatar, a reçu une balle dans la tête le 11 mai, alors qu'elle couvrait un raid israélien sur le camp de réfugiés de Jénine.

Sa mort tragique a envoyé des ondes de choc dans toute la région, suscitant une condamnation mondiale. Les Nations Unies et l'Union européenne, entre autres, ont appelé à une enquête approfondie sur ce qui a été décrit comme un meurtre délibéré "de sang-froid".

Le régime israélien a également promis de lancer une enquête sur le meurtre épouvantable du journaliste emblématique. Il a même appelé l'Autorité palestinienne, qui gouverne la Cisjordanie occupée, à coopérer à sa soi-disant enquête.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a cependant rejeté une enquête conjointe d'Israël le 12 mai, déclarant : « Ils ont commis le crime et nous ne leur faisons pas confiance ».

Dans un discours adressé à des milliers de Palestiniens lors d'un mémorial pour Abu Akleh, il a également souligné que les Palestiniens "tiennent les autorités d'occupation israéliennes totalement responsables de son assassinat", promettant que "ce crime ne peut rester impuni".

La dirigeante a également déclaré qu'au lieu de participer à une enquête conjointe sur son meurtre, l'Autorité palestinienne "se tournerait immédiatement vers la Cour pénale internationale pour poursuivre les criminels".

Lundi, l’avocat militaire israélien Yifat Tomer-Yerushalmi a déclaré dans un communiqué que « étant donné que Mme Abu Akleh a été tuée au milieu d’une zone de combat active, il ne peut y avoir aucun soupçon immédiat d’activité criminelle en l’absence de preuves supplémentaires ».

Tomer-Yerushalmi, dont les commentaires vont certainement exaspérer les Palestiniens, sera en fin de compte responsable de déterminer si un soldat israélien fera l'objet de mesures disciplinaires pour la fusillade mortelle.

Elle a noté que le régime de Tel-Aviv ne sait pas encore si le journaliste a été tué par des tirs égarés palestiniens ou par une balle israélienne visant un Palestinien armé, ce qui signifie qu'elle ne considère même pas le ciblage intentionnel d'Abu Akleh par des soldats israéliens comme une possibilité.

L'armée « met tout en œuvre pour examiner les circonstances de l'incident afin de comprendre comment Mme Abu Akleh a été tuée », a déclaré Tomer-Yerushalmi.

Des témoins oculaires et des journalistes qui étaient avec Abu Akleh le jour où elle a été abattue ont décrit la fusillade comme une « tentative délibérée » de tuer des journalistes.

Shatha Hanaysha, correspondante de presse et témoin oculaire de la fusillade, a déclaré qu'ils n'avaient pas été pris dans des tirs croisés avec des combattants palestiniens comme l'armée israélienne l'a affirmé, soulignant que « c'était un tireur d'élite israélien » qui leur avait tiré dessus.

« Nous nous sommes rendus visibles aux soldats qui étaient postés à des centaines de mètres de nous. Nous sommes restés immobiles pendant environ 10 minutes pour nous assurer qu'ils savaient que nous étions là en tant que journalistes », a-t-elle écrit dans un récit détaillé de la fusillade.

Comme aucun coup de semonce n'a été tiré, les journalistes, tous portant un casque de presse et un gilet pare-balles, se sont sentis suffisamment en sécurité pour se diriger vers le camp, a ajouté Hanaysha. Cependant, "de nulle part, nous avons entendu le premier coup de feu."

Peu de temps après l'incident, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a également affirmé dans un premier temps qu'"il semble probable que des Palestiniens armés - qui tiraient sans discernement à l'époque - étaient responsables de la mort malheureuse du journaliste".

Cependant, les dernières images, qui ont été filmées par un habitant de Jénine, montrent des moments calmes, sans bruits de combats entre les forces israéliennes et les Palestiniens, confirmant qu'Abou Akleh a été abattu par des tireurs d'élite israéliens exprès, et non accidentellement par une balle perdue comme Tomer-Yerushalmi essayant de suggérer.

Plus de 50 législateurs américains ont jusqu'à présent appelé à une enquête sur le crime alors que Tel-Aviv refuse de lancer une enquête.

Plus de 100 artistes de premier plan du monde entier ont également condamné le meurtre d'Abu Akleh par Israël, exigeant des comptes pour les crimes du régime.

La CPI a déjà ouvert une enquête sur d'éventuels crimes de guerre commis par Israël à la fois en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza. Cependant, Israël ne reconnaît pas la compétence du tribunal et a qualifié l'enquête sur les crimes de guerre d'injuste et d'antisémite.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE