Islamophobie : un tribunal de l'Union européenne décide que les employeurs peuvent interdire le port du hijab aux femmes musulmanes sur leur lieu de travail

Islamophobie : un tribunal de l'Union européenne décide que les employeurs peuvent interdire le port du hijab aux femmes musulmanes sur leur lieu de travail

Les employeurs peuvent en principe interdire à leur personnel de porter le hijab sur le lieu de travail, a statué jeudi un tribunal de l'Union européenne (UE) dans deux affaires intentées par des femmes musulmanes travaillant en Allemagne.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Une interdiction des symboles religieux tels que le foulard "peut être justifiée par le besoin de l'employeur de présenter une image neutre vis-à-vis des clients ou de prévenir les conflits sociaux", a déclaré la Cour européenne de justice (CJCE) dans un communiqué.

Les deux femmes, caissière dans une pharmacie et aide-soignante, avaient porté leur cas devant les tribunaux allemands après s'être vu interdire de porter le hijab au travail.

Les tribunaux allemands avaient alors renvoyé les affaires devant la CJCE pour une interprétation du droit de l'UE.

La femme qui travaillait à la pharmacie y travaillait depuis 2002 et avait voulu commencer à en porter un après son retour de congé parental en 2014.

Cependant, le chimiste lui a demandé de venir travailler "sans signes apparents et de grande taille d'aucune croyance politique, philosophique ou religieuse", a déclaré la CJCE.

La deuxième femme était employée en 2016 comme aide-soignante dans une association à but non lucratif et avait initialement porté un hijab au travail.

Elle a également pris un congé parental pendant lequel l'association a émis une politique interdisant le port de signes visibles de convictions politiques, idéologiques ou religieuses sur le lieu de travail pour les salariés en contact avec la clientèle.

Après son retour de congé parental, elle a refusé de retirer son hijab, ce qui a entraîné plusieurs avertissements et finalement son licenciement.

Les militants et les groupes de défense des droits ont longtemps exprimé leur inquiétude quant au fait qu'une concentration intense sur le hijab - souvent sous le couvert de politiques interdisant les « symboles religieux ostentatoires » - à travers l'Europe était un symptôme d'islamophobie normalisée dans les pays de l'UE.

En 2019, le Comité des droits de l'homme des Nations Unies a estimé que l'interdiction du niqab en France violait les droits de l'homme.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imam Khamenei's message to pilgrims of Hajj 2021 in 37 languages
114