Iran: le général Qaani en Irak

Iran: le général Qaani en Irak

L’ambassadeur d’Iran à Bagdad a annoncé que le commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) avait rencontré le Premier ministre et le président irakiens lors de sa récente visite en Irak.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Iraj Masjedi, ambassadeur iranien à Bagdad, a déclaré lors d’une interview à Al-Alam que le général Ismaïl Qaani, commandant de la force Qods du CGRI, avait rencontré de hauts responsables irakiens.

Le haut diplomate iranien a souligné que lors de sa récente visite en Irak, le général Qaani avait rencontré le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi, le président Barham Saleh ainsi que plusieurs autres responsables irakiens.

Iraj Masjedi a en outre souligné que « l’Iran n’interfère pas dans les affaires intérieures des partis et factions irakiens. Et ce alors que ces factions préfèrent consulter l’Iran ».

« Les activités de l’Iran en Irak ont pour but de renforcer le gouvernement de Bagdad et d’encourager les factions et les courants politiques à la cohésion et à l’unité », a-t-il ajouté.

« Les groupes de résistance ont un sérieux problème avec les Américains. Trump ne devrait menacer ou provoquer personne. S’ils agissent contre les groupes de résistance [les groupes de résistance] répondront sûrement », a précisé l’ambassadeur.

Il n’a pas manqué de souligner que « toutes les factions, partis politiques et groupes de résistance en Irak entretiennent ​​des relations positives avec la RII ».

Cela intervient alors qu’un député irakien a fait part du plan américain de renforcer sa présence en Irak.

Selon le site d’information Almaaloma, Fazel Jaber, représentant de l’alliance al-Fatah au Parlement irakien, a déclaré que les Américains n’avaient pas l’intention de se retirer d’Irak.

« Les Américains n’ont pas l’intention de quitter le pays dans la conjoncture actuelle et leur stratégie consiste à renforcer leur présence en Irak. Et par là, ils cherchent à mettre en œuvre leur plan dans la région », a-t-il indiqué.

« La décision du département d’État américain d’évacuer la moitié du personnel de son ambassade à Bagdad n’annonce pas le début d’un retrait d’Irak. L’évacuation de la moitié de ses diplomates en Irak a pour but de faire pression sur le gouvernement irakien », a souligné le député irakien.

« Nous nous opposerons à ces actions américaines avec tous les moyens et mécanismes juridiques disponibles à l’ONU concernant la souveraineté des États et des pays », a déclaré Fazel Jaber.

342/


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE