Irak: Défaite US autre que militaire?

Irak: Défaite US autre que militaire?

Cette reprise possible des relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran, mis à part le fait qu'elle aboutisse ou pas, met l'accent sur une chose : le grand retour de l'Irak sur la scène internationale. Alors même que les Etats-Unis sont militairement poussés vers les portes et ce, à la faveur d'une action militaire asymétrique de plus en plus complexe de la Résistance, l'Irak politique renait de ses cendres.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Le 3 janviers 2020, les Etats Unis qui ont assassiné lâchement le haut commandant de la Résistance, Ghassem Soleimani à l'aéroport de Bagdad visait en effet à casser cette dynamisme diplomatique car le grand général rendu en Irak à l'invitation du PM irakien de l'époque Adel Abdel Mahdi, était porteur d'une lettre du Leader iranien à l'adresse des autorités de Riyad. La reprise du dialogue Arabie-Iran à Bagdad marque ainsi une autre défaite américaine en Irak. 

Le ministre irakien des Affaires étrangères, Fouad Hussein, souligne que son pays s'efforce de rapprocher les points de vue des États arabes du golfe Persique et de l'Iran.

« L'instabilité intérieure a affecté les relations extérieures. Mais nous avons dépassé le stade de la rupture des relations avec les pays et sommes entrés dans le stade de la coopération dans divers domaines. La politique étrangère du gouvernement du Premier ministre irakien Moustafa al-Kazemi repose sur un ensemble de principes, et le premier en est d'affecter les évolutions de la région et de prendre l'initiative », a-t-il expliqué. Le deuxième principe de la politique étrangère irakienne est de créer un équilibre dans la région, et le troisième est basé sur des intérêts communs.

Les affirmations du chef de la diplomatie irakienne interviennent alors que des sources du gouvernement irakien ont déclaré que Bagdad accueillait une réunion des responsables saoudiens et iraniens dans le cadre d'un effort visant à rapprocher l'Iran et l'Arabie saoudite. Mais l’Iran a balayé d’un revers de main ces allégations.  

MBS recherche de bonnes relations avec l'Iran

Mardi soir, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a déclaré que son pays « aspire à avoir une relation bonne et distinguée avec l'Iran ».

« L'Iran est notre voisin et nous aspirons à avoir une relation bonne et distinguée avec ce pays. L'Arabie saoudite veut la stabilité régionale et n'est pas opposée aux pourparlers avec l'Iran », a-t-il précisé. 

L'Arabie saoudite travaille avec ses partenaires dans la région et dans le monde pour trouver des solutions à ses problèmes avec l'Iran.  Ben Salman a déclaré que Riyad et l'administration Biden étaient d'accord sur la plupart des questions d'intérêt mutuel.

« Bien qu'aucun pays n'ait jamais été d'accord à 100% sur toutes les questions, le royaume et l'administration Biden se sont presque totalement mis d'accord (à 90%) des questions d'intérêt mutuel. Les tensions proviennent des actions négatives de l'Iran, y compris son programme nucléaire, son ingérence dans les conflits régionaux et son programme de missiles balistiques », a-t-il dit.

Interrogé sur la guerre au Yémen, il a appelé les Houthis à négocier avec d'autres parties yéménites, ajoutant que l'offre saoudienne d'un cessez-le-feu et d'un soutien financier restait valable.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Fayçal ben Farhane, a déclaré que l'Arabie saoudite avait reçu l'assurance que tout nouvel accord serait plus exigeant envers l'Iran en ce qui concerne ses capacités de missiles balistiques et son soutien aux groupes armés dans la région. 

« Nous sommes convaincus que la communauté internationale travaillera dur pour veiller à ce que les lacunes de [l'accord nucléaire de 2015] soient finalement corrigées et s'attaquera également à l'instabilité régionale causée par les activités de l'Iran », a-t-il proféré.

Fayçal ben Farhane a déclaré qu'il n'y avait pas de canaux directs entre l'Arabie saoudite et l'Iran mais que le royaume saoudien était prêt à parler « si l'Iran change de comportement ».

Concernant la guerre au Yémen, le haut diplomate saoudien a déclaré qu’une proposition de cessez-le-feu restait sur la table malgré une nouvelle offensive des Houthis contre le gouvernement yéménite soutenu par l’Arabie saoudite et la poursuite des frappes sur le territoire saoudien.

Téhéran a annoncé à de nombreuses reprises qu'il était prêt à s'entretenir directement avec ses voisins. Il a déjà proposé une initiative appelée Hormuz Peace Endeavour (HOPE) pour promouvoir la sécurité dans le golfe Persique et faciliter de telles négociations d'élargissement.

Téhéran se félicite des négociations avec l’Arabie saoudite après un « véritable changement d’approche » de Riyad. 

342/


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

114
پیام رهبر انقلاب به مسلمانان جهان به مناسبت حج 1441 / 2020