Insulter le coran, c'est insulter tous les prophètes.

Récemment, la mise à feu d’un coran en Suède et la republication des caricatures insultant Prophète Muhammad (s.a.) dans un journal hebdomadaire français énerve le monde musulman et soucient tous les esprits libres de la communauté internationale.

Insulter le coran, c'est insulter tous les prophètes.

 

ABNA- Récemment, la mise à feu d’un coran en Suède et la republication des caricatures insultant Prophète Muhammad (s.a.) dans un journal hebdomadaire français énerve le monde musulman et soucient tous les esprits libres de la communauté internationale.

 

بسم الله الرحمن الرحیم

 

Au nom d’Allah, Le Tout Miséricodieux, Le Très Miséricordieux

 

« يُرِيدُونَ أَن يُطْفِئُوا نُورَ اللَّـهِ بِأَفْوَاهِهِمْ وَيَأْبَى اللَّـهُ إِلَّا أَن يُتِمَّ نُورَهُ وَلَوْ كَرِهَ الْكَافِرُونَ »

 

« Ils veulent éteindre avec leurs bouches la lumière d'Allah, alors qu'Allah ne veut que parachever Sa lumière, quelque répulsion qu'en aient les mécréants. » (9 : 32)

 

Il est profondément regrettable de témoigner des attitudes outrageantes envers le sacré coran et Prophète Muhammad (s.a.) dans certains pays européens prétendument civilisés, dont les occurrences les plus récentes sont la mise à feu d’un coran en Suède et la publication des caricatures insultant Prophète Muhammad (s.a.) dans un journal français. Ces actes, qui ont affligé les cœurs de tous les monothéistes et tous les fidèles des prophètes, sont loin d’être attribuables à une société civilisée actuelle.

 

Outre le complot et le projet concerté de semer l’animosité parmi les fidèles de diverses religions, ce qui est en particulier remarquable c’est le défaut de la connaissance du coran, car il faut se demander comment les fidèles des religions monothéistes pourraient rester indifférents et toujours ignorants vis-à-vis de ces gestes sans manifester aucune accusation considérable.

 

Si les chrétiens et les juifs savaient que le coran contient non pas une ou deux mais de maintes descriptions les plus nobles de leurs prophètes, ils regarderaient le coran d’un tout autre œil.

 

Il est intéressant de savoir que les noms de 25 prophètes sont mentionnés dans le coran et le prophète dont le nom y apparaît le plus c’est Moïse (a.s.), de sorte que ce dernier a eu droit à 136 mentions dans 36 sourates coraniques, soit dans 420 versets au total.

 

L’histoire de Prophète Moïse (a.s.) et sa vie turbulente dès sa naissance sont racontées en détail dans le coran : de l’état lamentable des Israélites au temps de Pharaon à l’Exode de Moise (a.s.) de l’Egypte et le mariage de celui-ci avec l’une des filles de Chou‘ayb, et aussi l’histoire de la rencontre de Moïse avec Al-Khidr (a.s.) et aussi l’entretien de Moïse avec Allah, la vue de la Lumière divine, sa sélection pour la prophétie, la lutte contre Pharaon, le déplacement de l’Egypte des Israélites, l’histoire de l’ouverture du Nil grâce au bâton de Moïse et le passage des Israélites et le naufrage du cortège de Pharaon dans ce fleuve sont relatés dans des centaines de versets coraniques.

 

Le nom de Jésus (s.a.) est à son tour mentionné 25 fois dans le coran qui l’appelle 13 fois comme « le Christ ». L’histoire de la Sainte Marie et la naissance de Jésus avec les diverses aventures de ce dernier sont aussi racontées de la plus belle manière dans le coran. Une sourate entière dans le coran avec 98 versets est en plus nommée « Maryam » (Marie) (s.) et la vie de cette pure et sainte dame et la naissance du Christ (a.s.) surtout quand il se met à parler dans le berceau grâce au miracle divin y sont introduits : قَالَ إِنِّي عَبْدُ اللَّهِ آتَانِيَ الْكِتَابَ وَجَعَلَنِي نَبِيًّا (۳۰) وَجَعَلَنِي مُبَارَكًا « [le bébé] dit: « Je suis vraiment le serviteur d'Allah. Il m'a donné le Livre et m'a désigné Prophète. Où que je sois, Il m'a rendu béni (19 : 30-31». Jésus parle dans le berceau et déclare qu’il est le serviteur d’Allah, Qui lui a révélé l’Evangile et Qui l’a rendu prophète. D’autres propos de Jésus (a.s.) sont aussi rapportés dans le coran dont le lecteur pourrait s’apercevoir dans quelle mesure les descriptions faites de Moïse et de Jésus par le coran sont remarquables et révélatrices de la vérité et louent la personne de ces deux prophètes. Ces descriptions sont absentes dans la Bible même, tant le texte biblique a subit des manipulations au long de l’histoire, à point de présenter parfois Moïse et Jésus comme pécheurs. Tandis que le coran attribue le statut de l’infaillibilité à tous les prophètes, surtout aux Ulu al-‘Azm, à savoir les prophètes qui apportèrent des religions et des livres saints distincts. Ces derniers sont particulièrement mentionnés et estimés dans le coran.

 

De même, le coran mentionne 43 fois le nom de Noé, 68 fois celui d’Abraham, 27 fois celui de Loth, 25 fois celui d’Adam, 27 fois celui de Joseph, 12 fois celui d’Ismaël, 17 fois celui d’Isaac, 11 celui de Chou‘ayb, 17 celui de Salomon, 16 fois celui de Jacob, 5 fois celui de Jean le Baptiste, 4 fois celui de Job, 9 fois celui de Saleh, 7 fois celui de Hoûd, 4 fois celui de Jonas, 14 fois celui de David, 20 fois celui d’Aaron, une fois celui d’Uzayr, et deux fois celui d’Idriss, d’Élie, d’Élisée et de Dhul Kifl.

 

Le nom du dernier des prophètes, Prophète Muhammad (s.a.) est aussi mentionné quatre fois dans le coran et une fois celui-ci y est appelé de son autre nom, Ahmad. Mais des titres comme ‘رسول ‌الله’ (« le Messager d’Allah »), ‘الرسول’ (« le Messager »), ‘اُمّی’ (l’Illettré) sont également cités dans plusieurs versets.

 

Tout bien considéré, une bonne partie du saint coran traite la vie et l’histoire des prophètes, si bien que le poète Roumi souligne dans son Masnavi :

 

« Lorsque tu cherches refuge dans le coran/[en réalité] tu t’associes aux âmes des prophètes

 

Le coran est en effet [une description des] états des prophètes/ [ceux qui sont] les poissons de la ma Mer [divine] de Sa Majesté

 

Si tu lis le coran sans accepter (la Vérité qu’il contient)/[c’est comme si] tu as vu les prophètes et les saints [sans avoir tiré nul profit de cette rencontre] »

 

Le généreux coran est en principe un livre de monothéisme et un texte qui fait à l’homme connaître son créateur. Ce texte est présenté sous forme d’invitation (à la croyance monothéiste) des prophètes, en tenant parallèlement compte du fait qu’une grande partie des versets coraniques traitent de la croyance à la Résurrection et au Jugement dernier (qui font partie de l’essentiel des enseignements prophétiques). Près de 500 versets du coran aussi traitent de la jurisprudence islamique et des rites musulmans, le reste s’occupant de la morale. Il est aussi à noter que la lutte des prophètes contre les tyrans, l’établissement de la paix et de la justice, l’invitation des fidèles à participer aux guerres pour la cause divine et le martyre qui constituent une partie du message délivré par les prophètes, à côté de la lutte contre les oppresseurs, l’expansion de la justice, la protection des droits des hommes et le refus de violer les droits des par les autres sont tous recommandés par le coran.

 

Quiconque veut connaître correctement et véritablement les prophètes, connaître Jésus, connaître Moïse ou bien connaître Prophète Muhammad (s.a.) et ses saints et purs descendants, doit consulter le coran. Le coran est le message divin qui est révélé pour guider l’homme et pour emmener ce dernier à la ressource même de la Lumière : «اللَّهُ وَلِيُّ الَّذِينَ آمَنُوا يُخْرِجُهُمْ مِنَ الظُّلُمَاتِ إِلَى النُّورِ وَالَّذِينَ كَفَرُوا أَوْلِيَاؤُهُمُ الطَّاغُوتُ يُخْرِجُونَهُمْ مِنَ النُّورِ إِلَى الظُّلُمَاتِ...» (« Allah est le défenseur de ceux qui ont la foi: Il les fait sortir des ténèbres à la lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs les Tâghût, qui les font sortir de la lumière aux ténèbres. (2 : 257)). Ainsi devient-il clair à quel point insulter ce coran qui est plein de lumière, de guidance et de l’histoire et le message des prophètes c’est faire injustice à l’égard du genre humain. Ceux qui insultent le coran sont des diables qui ont l’intention de retenir l’homme dans les ténèbres afin de pouvoir assurer la persistance de leur domination tyrannique. Ces diables ignorent le destin divin de la société humaine qui consiste à la souveraineté absolu des gens de bien ; une vérité que non seulement le coran mais aussi le Torah et le Zabur confirment tous : «وَلَقَدْ كَتَبْنَا فِي الزَّبُورِ مِنْ بَعْدِ الذِّكْرِ أَنَّ الْأَرْضَ يَرِثُهَا عِبَادِيَ الصَّالِحُونَ» (« Et Nous avons certes écrit dans le Zabur, après l'avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs » (21 : 105)) Les oppresseurs, les tyrans et les arrogants doivent connaître que le coran les considère comme des écumes sur l’eau qui vont bientôt disparaître et dont les vains efforts n’aboutiront à rien.

 

« وَسَيَعْلَمُ الَّذِينَ ظَلَمُوا أَيَّ مُنقَلَبٍ يَنقَلِبُونَ »

 

Les injustes verront bientôt le revirement qu'ils [éprouveront] ! (26 : 227)


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE