Examen du projet de mémorandum de coopération multilatérale de l'Assemblée mondiale d'AhlulBayt (a.s)

Examen du projet de mémorandum de coopération multilatérale de l'Assemblée mondiale d'AhlulBayt (a.s)

L'ayatollah Ramazani a souligné : "Nous avons besoin d'un réseau de juristes internationaux pour poursuivre la protection juridique et l'application des droits des musulmans et des personnalités influentes".

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Une réunion a été organisée pour examiner le projet de protocole de coopération multilatérale entre l'Assemblée mondiale AhlulBayt (as), l'Université internationale Al-Mustafa (pslf), le Forum mondial pour la proximité des écoles islamiques de pensée, l'Organisation islamique de la culture et de la communication et l'Organisation islamique Conseil supérieur des droits de l'homme de la République d'Iran.

La réunion, qui s'est tenue à l'Assemblée mondiale d'AhlulBayt (as), a réuni l'ayatollah Reza Ramazani, secrétaire général de l'Assemblée mondiale d'AhlulBayt (as), Hojat al-Islam Dr. Hamid Shahriari, chef du Forum mondial pour la proximité des écoles islamiques de la pensée, Hojat al-Islam Mehdi Imanipour, chef de l'Organisation de la culture et de la communication islamiques, Dr Gharibabadi, adjoint aux affaires internationales et aux droits de l'homme du pouvoir judiciaire, et Hojat al-Islam Abbasi, président de l'Al-Mustafa ( pslf) Université internationale.

S'exprimant lors de la réunion, évoquant les droits de l'homme comme des concepts très importants, l'ayatollah Ramazani, secrétaire général de l'Assemblée mondiale d'AhlulBayt (as) a ajouté : valeurs. Mais l'accent mis sur les droits de l'homme à l'ère coloniale postmoderne vise à atteindre des objectifs visant à supprimer les approches indépendantes.

"Nous avons besoin d'un réseau de juristes internationaux pour poursuivre la protection juridique et l'application des droits des musulmans et des personnalités influentes", a-t-il déclaré.

"Dans le cas des droits de l'homme, nous avons besoin d'activités scientifiques basées sur des valeurs religieuses, et nous devons redéfinir et conceptualiser dans ce domaine", a souligné le secrétaire général de l'Assemblée mondiale AhlulBayt (as).

Puis, lors de la réunion, le Dr Gharibabadi, adjoint aux affaires internationales et aux droits de l'homme du pouvoir judiciaire, a déclaré : "Peu a été fait en ce qui concerne les droits de l'homme islamiques sur la scène internationale et même à l'intérieur de l'Iran".

"Le mémorandum de coopération à cinq peut ouvrir la voie à la défense des droits de l'homme islamiques, des droits des opprimés et des chiites, de l'Axe de la Résistance et de la confrontation avec l'islamophobie et l'anti-islamisme", a-t-il ajouté.

« Sur la scène internationale, nous n'avons pas grand-chose à offrir sur les droits humains islamiques. Ces matériaux doivent être sélectionnés à dessein, et des personnes capables et qualifiées qui connaissent la littérature internationale doivent être embauchées pour les expliquer », a ajouté Gharibabadi, considérant le domaine de la recherche, de l'explication et de la formation comme les objectifs du mémorandum.

Ensuite, lors de cette réunion, considérant le mémorandum multilatéral comme un bon événement, le Dr Abbasi, président de l'Université internationale Al-Mustafa (pslf), a déclaré : " Ce mémorandum peut être développé en mettant en synergie différentes capacités. Cela nécessite un comité exécutif actif pour exploiter le potentiel sur la scène internationale."

Hojat al-Islam Mehdi Imanipour, chef de l'Organisation de la culture et de la communication islamiques, a également annoncé que son organisation respective était prête à faire avancer les objectifs du mémorandum.

"Les pays occidentaux utilisent souvent le concept des droits de l'homme pour condamner les pays sous-développés, pour faire avancer leurs objectifs politiques", a déclaré le Dr Shahriari à l'issue de la réunion.

“It is necessary to form networks that can defend the rights of Muslims and followers of the AhlulBayt (A.S.) whose rights are being violated. Defending the oppressed against those in power in the world is a priority. Hundreds of Shiites are being held in Saudi prisons. At least 30 Shiites have been executed in Saudi Arabia over the past year, and there is no one to defend them,” he emphasized.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE