Chine: le coup de maître iranien

Chine: le coup de maître iranien

Lors d'une conversation téléphonique, vendredi, avec son homologue chinois Wang Yi, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian a souligné la nécessité de la mise en œuvre du pacte de coopération stratégique de 25 ans avec la Chine.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : En parlant de la Belt and Road Initiative (ci-après BRI) du point de vue européen, les projets d'infrastructure les plus pertinents de l'initiative sont les chemins de fer et les ports. Les investissements de la BRI dans les infrastructures ferroviaires et portuaires influenceront les relations commerciales entre la Chine et l'Europe en réduisant les coûts de transport et en augmentant les volumes commerciaux.

De nouvelles connexions développeront les échanges et auront un impact sur le chiffre d'affaires commercial de chaque pays européen avec l'Asie. Ainsi, on estime qu'« une réduction de 10 % des coûts ferroviaires, aériens et maritimes augmente le commerce de 2 %, 5,5 % et 1,1 % respectivement ». L'initiative BRI peut conduire à une croissance des exportations iraniennes.

Les principaux objectifs du plan ne se limitent pas à des considérations économiques. La nature trans-économique des objectifs associés aux calculs de Pékin en politique internationale est d'une importance stratégique à la fois en termes de considérations de politique étrangère de la Chine et des règles régnant sur les équations régionales et mondiales.

En bref, l'initiative de la BRI est la principale plate-forme de Pékin pour devenir une puissance mondiale émergente qui cherche à accéder à une position d’une superpuissance dans le système international. Selon le dernier rapport de la communauté du renseignement américain, la Chine deviendra la superpuissance mondiale d'ici 2040, en devançant les États-Unis.

En cas de sanctions, il est également possible de continuer à bénéficier des facilités d'infrastructure de ce plan à travers le développement de relations stratégiques avec la Chine.

Il convient de noter que l’implication de l'Iran dans cette initiative majeure n'est pas seulement une étape vers la réduction des effets économiques des sanctions, mais également une stratégie efficace pour neutraliser les objectifs trans-économiques des sanctions, notamment contrecarrer les efforts visant à réduire les avantages géopolitiques de la République islamique d'Iran. La participation à l'initiative pourrait renforcer la position de transit du pays, que les États-Unis ont cherché à saper ces dernières décennies en soutenant des projets tels que l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan et la formule "Tous les corridors à l’exception de l'Iran".

342/


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imam Khamenei's message to pilgrims of Hajj 2021 in 37 languages
114