Cheikh Ali Salman : Un leader qui ne perd pas de vue son peuple

Cheikh Ali Salman : Un leader qui ne perd pas de vue son peuple

L'emprisonnement à vie ne fait qu'alimenter la détermination du secrétaire général du mouvement d'opposition Al-Wefaq de Bahreïn, Sheikh Ali Salman. Le confinement en cellule n'a pas changé ses convictions. Il reste inébranlable et inébranlable par les nombreuses années passées derrière les barreaux.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Cheikh Salman connaît le prix à payer pour tenir tête aux autorités bahreïnites. Depuis les années 1990, il s'emploie à faire entendre la voix du peuple aux oreilles des gouvernants.

Quiconque communique avec Son Éminence aujourd'hui y voit une détermination exceptionnelle qu'aucun prisonnier politique n'avait manifestée auparavant. Sa persévérance est apparente, tout comme la force de la logique et l'adhésion à certaines positions. Son expérience est quelque chose dont les personnes libres et les camarades du mouvement apprennent à toutes les étapes.

La popularité du leader, comme l'appellent les Bahreïnis, n'a pas diminué, mais plutôt augmenté. Malgré sa punition injuste, Cheikh Salmane avance résolument et vaillamment, armé d'une certitude qui ombrage son jihad, se transformant en une solide forteresse dont les fils du pays tirent la fermeté sur les principes et la valeur dans l'adversité.

Comment Cheikh Salman passe-t-il ses journées ? Comment peut-il être rassuré sur les conditions de sa famille, de ses amis et de ses camarades ? Qu'en est-il des affaires du pays ? Peut-il les suivre ? Quel est son conseil ?

Huit ans après son arrestation, l'épouse du secrétaire général d'Al-Wefaq, Mme Alia Radhi, parle à Al-Ahed News de ses obsessions et de ses intérêts et de la façon dont il vit ses journées.

La liberté des détenus est sa liberté

Radhi a déclaré: "Depuis le premier jour de son arrestation, je n'ai vu que de la fermeté et de l'insistance sur sa position pour soutenir son peuple et travailler pour réaliser ses revendications. J'ai ressenti sa satisfaction et son bonheur parce qu'il vit l'épreuve d'être emprisonné en tant que fils du pays. Étant incarcéré, il partage leur douleur, leurs préoccupations et leur sort. Il m'a souvent confié sa douleur et sa tristesse parce qu'il était libre et que les frères, y compris des personnalités [clés], sont en détention".

Elle note que Son Eminence "recommande depuis sa détention de donner la priorité à la demande de libération de tous les détenus plutôt qu'à sa libération dans chaque mouvement et rassemblement car il est l'un d'entre eux et sa liberté est leur liberté".

Un professeur de patience

Radhi décrit Sheikh Salman comme "un professeur de patience, de fermeté et de détermination".

Elle parle du moral qu'il répand parmi ses compagnons et souligne que "c'est lui qui instille la patience dans tout ce qui nous arrive et efface notre douleur avec son sourire et ses paroles confiantes et fidèles".

"Il peint avec sa fermeté les significations et les implications les plus élevées de la liberté derrière des barreaux rouillés. Cet espace étroit ne le dérange pas, car son cœur est spacieux et accueille tout le monde."

La communication continue malgré le fait d'être derrière les barreaux

En février 2020, les visites familiales à Son Éminence ont été interdites sous prétexte de Corona, selon son épouse, mais les communications audio et vidéo sont toujours en cours. Cependant, Cheikh Salmane et ses compagnons [autres personnalités de l'opposition] se sont abstenus de recevoir des visiteurs avant cette date car les visites se déroulaient à travers une barrière de verre.

Les conditions carcérales ne sont pas idéales. Selon Radhi, Sheikh Salman subit du harcèlement, mais il l'absorbe avec patience, rassurant sa famille et ses amis lors des appels.

Il se consacre au peuple

La façon dont Sheikh Salman vit ses journées en prison indique sa ténacité. Dans ce contexte, Radhi souligne qu'elle n'a jamais ressenti sa frustration ou ses remords pour le sacrifice et l'emprisonnement tout au long de cette période.

"Il s'est consacré au peuple, à ce pays, à sa juste cause et à ses revendications", explique-t-elle.

"Il s'est accoutumé aux conséquences de cette lutte et de ce djihad pendant plus de 25 ans, au cours desquels il n'a craint ni reproches, ni emprisonnement, ni menaces, d'autant plus qu'il a vécu l'expérience de l'exil pendant la crise des années 1990. Ne l'a pas dissuadé de revendiquer le droit et la liberté de ce peuple coûte que coûte."

Son temps n'est pas perdu

Le temps de Sheikh Salman n'est pas perdu. La lecture de divers textes religieux est son refuge, ce qui le rassure. Quant à la patrie et à ses affaires, elles sont constamment surveillées par Cheikh Salman. Radhi explique que Son Eminence suit les développements. Elle révèle également que "sa famille et ses amis lui transmettent les derniers développements, situations, déclarations, les mouvements des organisations pour la cause de Bahreïn, et toutes déclarations liées à Bahreïn. Il lit également les quotidiens et ne suit les nouvelles que de certaines chaînes. "

La crise politique continue

Les positions du secrétaire général d'Al-Wefaq sur la situation à Bahreïn sont claires. Cheikh Salman sait que tant qu'il sera emprisonné, la crise politique continuera. La situation des fils du pays le peine, et il pense à eux plus qu'il ne pense à sa condition. Il appelle toujours à l'action pour exiger leur libération avant de demander qu'on travaille sur son cas. Il considère la douleur et les causes du peuple comme sa priorité et sa plus grande obsession.

Radhi dit que "la principale préoccupation de Cheikh Salmane est que le peuple jouisse de tous ses droits, y compris les droits politiques à la liberté, à l'égalité, à la justice sociale et à une juste répartition des richesses, pour que chaque détenu et expatrié retourne dans sa patrie, pour les mères dormir paisiblement chaque nuit sans craindre que leurs maisons soient perquisitionnées à tout moment et que leurs enfants soient arrachés à leurs bras, et que nos enfants vivent en sécurité, sans pleurer chaque nuit en regrettant leurs pères absents.

La Palestine dans l'esprit du Secrétaire général

La Palestine est toujours dans l'esprit de Sheikh Salman. Sa femme dit que, comme la majorité des habitants de Bahreïn, « la Palestine est dans son cœur et dans son esprit. Il est solidaire de son peuple, est contre la normalisation avec l'ennemi "israélien" et refuse de profaner notre terre pure avec les sionistes, d'autant plus qu'il existe une histoire de lutte contre la normalisation. Le peuple a participé à des rassemblements de solidarité avec la Palestine malgré l'oppression et le siège. Le 7 avril 2002, le martyr Muhammad Juma al-Shakhouri a été tué par les forces du régime bahreïni près de l'ambassade américaine lors des manifestations contre l'entité sioniste et pour la défense de Gaza. Avant son arrestation, il avait l'habitude de marquer chaque année la Journée internationale du Qods en participant à des événements, des discours et des marches en solidarité avec le peuple palestinien.

L'ayatollah Qassem est son modèle

Le Grand Ayatollah Sheikh Isa Qassem est le modèle de Sheikh Salman. Sa femme dit qu'il "ressent une grande douleur à cause de l'injustice qui a frappé Son Eminence, et il prie toujours pour le retour de l'ecclésiastique sur sa terre, la terre de ses ancêtres et sa ville natale à Bahreïn, car il a le droit d'être sur sa terre et parmi sa famille et les gens qui le désirent."

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE