Ayatollah Ramazani : Spiritualité soumise à l'oppression promue en Occident / Sincérité essentielle pour le djihad des Lumières

Ayatollah Ramazani : Spiritualité soumise à l'oppression promue en Occident / Sincérité essentielle pour le djihad des Lumières

Le vendredi soir 3 juin 2022, lors du 28e mémorial des martyrs de la mosquée Manzaria, faisant référence à l'anniversaire de l'imam Khomeiny et au martyre de l'ayatollah Ehsanbakhsh, l'ayatollah Reza Ramazani a déclaré : « Les martyrs, oulémas et moudjahidines du domaines scientifique, provincial et militaire, sont des élèves de l'école de l'Imam Khomeiny. »

Agence de presse AhlulBayt (ABNA):« L'une des caractéristiques les plus importantes de l'Islam, qui est souvent négligée, est la lutte contre l'oppression et le front de résistance. Dans le Saint Coran, il y a environ 400 versets sur le jihad et la résistance, et il n'y a pas autant de versets coraniques sur toute autre décision jurisprudentielle », a ajouté le secrétaire général de l'Assemblée mondiale AhlulBayt (a.s.).

"Il y a des enseignements profonds dans Al-Sahifa al-Sajjadiyya, Du'a Kumayl, Du'a Arafah et d'autres supplications", a-t-il précisé, "300 versets coraniques traitent de la raison, de la pensée et de la réflexion."

"La réalisation de la justice dans les sphères individuelles et sociales faisait partie des grands idéaux et aspirations de tous les prophètes divins", a déclaré l'ayatollah Ramazani.

« Aujourd'hui, certains intellectuels, se réclamant de la paix absolue, cherchent à supprimer les versets liés au djihad et à la résistance. Cette pensée est dangereuse. L'islam est un pacifiste, pourvu qu'il soit fondé sur la justice », a souligné le représentant du peuple de Gilan à l'Assemblée des experts en leadership.

« L'islam n'approuve pas la paix qui pousse les gens à accepter l'oppression. En Occident aujourd'hui, on promeut une spiritualité soumise à l'oppression, qui est une fausse spiritualité », a-t-il ajouté.

"La paix absolue signifie s'abstenir de combattre même ceux qui veulent vous piller et vous exploiter, ce qui n'est pas acceptable", a ajouté l'ayatollah Ramazani.

"Certes, l'Islam n'est pas un fauteur de guerre, et il ne cherche jamais à inciter à la guerre. Alors qu'il estime qu'il doit y avoir une préparation complète scientifiquement et militairement. Les musulmans doivent être préparés à tous égards, en particulier militairement, pour que l'ennemi ne pense même pas à piller les pays musulmans », a-t-il déclaré.

« Selon les récits, parmi ceux qui demandent à Dieu de revenir à la vie après la mort, il y a des martyrs. Réalisant la grandeur de leur place, ils demandent à Dieu de les ramener à la vie pour vivre à nouveau le délice du martyre », a précisé l'ayatollah Ramazani, faisant référence à la position élevée et élevée du martyr devant Dieu.

Se référant au djihad dans le Saint Coran, le représentant du peuple de Gilan à l'Assemblée des experts a déclaré : « L'un des types de djihad est le djihad de l'illumination. C'est-à-dire que les oulémas doivent tenir tête à ceux qui soulèvent des doutes et déforment la religion et apprendre et enseigner l'islam de manière exhaustive. »

"Pour promouvoir la connaissance de la jurisprudence, la mobilisation générale et la Hijra (voyage et migration) sont nécessaires", a-t-il souligné, "nous avons besoin d'uléma comme l'ayatollah Rudbari qui a créé des vagues religieuses dans la province".

"Aujourd'hui, les Infaillibles (a.s.) sont négligés et ils sont introduits de manière unidimensionnelle afin que les gens ne puissent pas les accepter comme modèles complets", a ajouté l'ayatollah Ramazani.

Le secrétaire général de l'Assemblée mondiale d'AhlulBayt (a.s.) a déclaré : « Les Moudjahidine doivent être sincères à la fois dans l'illumination et le djihad scientifique. Nous devons marcher sur le chemin de Dieu et ne traiter qu'avec lui.

« Les martyrs et les guerriers cherchaient à remplir leurs devoirs. Les Moudjahidine sont allés sur le champ de bataille dans la voie de Dieu et ont été martyrisés, blessés ou capturés par l'ennemi. Ils ont accompli leur devoir divin », a-t-il dit.

« Les oulémas comme l'ayatollah Rudbari sont influents pour les gens. Plus que des mots, nous devons inviter les gens à la religion par notre comportement », a précisé l'ayatollah Ramazani.

Notant que la Révolution islamique était le miracle de l'Imam Khomeiny, le représentant du peuple de Gilan à l'Assemblée des experts a déclaré : "Aujourd'hui, la Révolution islamique en tant que grande confiance est entre nos mains, et nous devons faire notre devoir pour la préserver".

« Le fait qu'il existe des problèmes économiques et de moyens de subsistance et le manque de justice pour tous, ainsi que l'existence de discriminations, sont communs à tous. Cependant, être démotivé pour continuer sur la voie de la révolution islamique est un grand péché », a-t-il souligné.

"En cas de dommages à la révolution islamique, il faudra peut-être plusieurs centaines d'années pour qu'une telle arène émerge, ce qui a offert des opportunités uniques", a ajouté l'ayatollah Ramazani.

Se référant à la détermination de l'administration de l'ayatollah Raissi à résoudre les problèmes du peuple, le secrétaire général de l'Assemblée mondiale AhlulBayt (a.s.) a déclaré : « Même en vacances, l'ayatollah Raissi se rend dans différentes provinces pour voir les problèmes et trouver leurs solutions. ”

« Quiconque a une critique sage, sympathique et réaliste dans divers domaines de l'économie, de la politique, de la culture, etc., peut l'exprimer. Le gouvernement, à son tour, accueille favorablement la critique », a-t-il ajouté.

"Il est nécessaire d'engager des experts dans les domaines exécutifs", a précisé l'ayatollah Ramazani. "Dans la situation économique actuelle, l'équipe économique du gouvernement doit empêcher toute pression sur le peuple".

« C'est très facile d'être un critique de salon et de parler de bien-être absolu. Certains font de telles revendications mais ne sont même pas capables de gérer leur propre maison », a déclaré le représentant du peuple de Gilan à l'Assemblée des experts en leadership.

Critiquant ceux qui se présentent au conseil municipal ou au parlement sans avoir d'expertise dans les domaines civil, culturel et urbain, il a déclaré : « Seuls ceux qui ont les qualifications nécessaires devraient se présenter au conseil municipal ou au parlement. Certains ne savent même pas dans quelle commission ils peuvent jouer un rôle ou être efficaces. »

« Le monde s'est révolté contre nous. L'ennemi a comploté pour chaque problème de notre société. Par exemple, il cible l’hijab et promeut le libéralisme et l'islam laïc », a noté l'ayatollah Ramazani.

« Le parlement doit chercher à adopter des lois qui conduiront à l'excellence de la révolution islamique au niveau international. L'islam est une prescription de guérison dans divers domaines des sphères individuelles et sociales », a souligné l'ayatollah Ramazani, secrétaire général de l'Assemblée mondiale AhlulBayt (a.s.).

"En fournissant une compréhension précise de l'islam, l'imam Khomeiny nous a ravivés. Il a introduit l'aspect lutte de l'islam. Nous avons vu que dans chaque situation que nous avons négligée, nous avons été humiliés », a-t-il ajouté.

« Il faut éviter de juger les gens. Parce que le Jour du Jugement, nous en serons tenus responsables. Les jugements sur les réseaux sociaux ne cherchent qu'à induire les gens en erreur, et certains croient à un problème sans aucune preuve », a précisé l'ayatollah Ramazani.

Déclarant que la République islamique doit éradiquer la pauvreté, répondre aux exigences de la société et travailler pour la jeunesse, le représentant du peuple de Gilan à l'Assemblée des experts a ajouté : "La religion doit être pleinement enseignée à nos enfants".

« L'affirmation selon laquelle nos jeunes sont antireligieux et cherchent à s'éloigner de la religion est absolument fausse. Parce que tous les enseignements religieux sont conformes à la Fitrah humaine », a-t-il déclaré à la fin.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NECESSITE-D_UNE-CONNAISSANCE-MUTUELLE