Gaza menacé: que cherche Netanyahu?

Gaza menacé: que cherche Netanyahu?

Netanyahu n'attendait qu'un alibi pour envoyer derechef des chasseurs F-16 bombarder la bande de Gaza et réenclencher un nouveau cycle de violence. Et comme prétexte quoi de mieux que l'enlèvement de trois colons le 12 juin et la découverte de leurs cadavres dans le sud de la Cisjordanie occupée.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Pour Tel-Aviv, le doute n'est pas permis et les deux principaux suspects de l'enlèvement appartiennent au Hamas à Al-Khalil. Sur la fragile base d'une présomption de culpabilité, le Premier ministre israélien a promis donc de «faire payer» le Hamas, en déclenchant une opération de représailles en Cisjordanie et à Gaza.

Outre l'aspect militaire «classique», entre bombardements israéliens et roquettes défensives palestiniennes, une chasse à l'Arabe a d'ores et déjà commencé dans les rues de Qods. Un adolescent palestinien de 16 ans a été ainsi enlevé  et assassiné peu après. "Un acte possible de vengeance", estimaient les médias  dans un langage fort euphémiste, quand on sait que le  corps du jeune palestiniens avait été mutilé avant d'être jeté en proie à des flammes. Le fait de désigner à la vindicte populaire l'identité des tueurs présumés, alors que l'enquête n'a pas encore livré son verdict, a eu son effet escompté en jetant les Israéliens dans la rue pour réclamer vengeance.

Mardi soir, une manifestation de sionistes  secouait Qods sous les cris de «mort aux Arabes» alors que des affrontements violents opposaient manifestants palestiniens et police israélienne dans le quartier de Shuafat dont était originaire l'adolescent palestinien.  C'est dire si les commanditaires de l'enlèvement et de l'assassinat des jeunes Israéliens sont arrivés à leur but. Ainsi, et comme première conséquence interne, l'accord de réconciliation conclu entre le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas, qui a conduit le 2 juin à la formation d'un gouvernement de consensus commun à la Cisjordanie et à Gaza, est sérieusement menacé.

Sur le plan international, ce drame a relégué au second plan les mises en garde d'une vingtaine de pays européens de leurs ressortissants contre toute activité économique avec les colonies israéliennes installées dans les territoires palestiniens occupés, en Cisjordanie et à Qods-Est. S'il n'est pas question de boycott, ni de sanctions, il n'en demeure pas moins que c'est une première qui veut que l'Europe soit désormais plus ferme à l'égard de la politique de colonisation d'Israël.

Cet épisode  serait aussi l'occasion pour Netanyahu d'en finir avec le Hamas et peut être même avec Gaza  puisque depuis l'enlèvement,  Israël a arrêté des centaines de Palestiniens en Cisjordanie, dont 305 membres du Hamas et à l'heure qu'il est, outre les raids aériens incessants que ses chasseurs mènent contre Gaza, son armée s'apprête à y lancer une offensive terrestre.

Résultat?  A travers cette recrudescence de la violence, les Palestiniens qui ont décidé d'opter pour une «Intifada blanche», une sorte de résistance non violente, risquent de revoir leurs copies et de reprendre les armes au grand dam du régime sioniste !!

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

پیام رهبر انقلاب به مسلمانان جهان به مناسبت حج 1441 / 2020
conference-abu-talib