Un clerc iranien rejette tout dialogue avec les Etats-Unis

Un clerc iranien rejette tout dialogue avec les Etats-Unis

Un haut dignitaire religieux iranien, renonçant à un nouveau dialogue avec les Etats-Unis, avertit que si Washington attaque l’Iran, ses alliés régionaux paieront également les conséquences.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : " (Les autorités) Les Américains sont conscients que la conséquence d’une supposée guerre contre l’Iran ne tombera pas seulement sur les Etats-Unis, mais sera également payée par leurs alliés régionaux, en particulier le régime israélien", a-t-il averti mercredi. L'ayatollah Seyed Ahmad Khatami lors de la prière de l'Aïd al-Adha (la grande fête musulmane du sacrifice), tenue à Téhéran (la capitale iranienne).

En référence à la proposition du président américain, Donald Trump, concernant un nouveau cycle de dialogues avec Téhéran dans le cadre de la réimposition des sanctions, le religieux a souligné qu’après le retrait unilatéral des États-Unis du pacte nucléaire signé entre l'Iran et le groupe 5 + 1 (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie et Chine, plus Allemagne) en 2015, les autorités américaines souhaiteraient s'asseoir et négocier à nouveau avec le pays.

L'abandon des Etats-Unis de l'accord nucléaire, la réimposition des sanctions anti-Iran déjà levées à la suite du pacte et d'autres sanctions qui imposeront ont été critiqués par d'autres signataires du traité nucléaire, également connu sous le nom de JCPOA son acronyme en anglais).

Trump a annoncé le mois dernier qu'il était prêt à rencontrer les dirigeants iraniens "sans conditions préalables" et à tout moment.

De même, le religieux iranien, rappelant l’histoire des complots des gouvernements américains contre la République islamique, a fait valoir que Téhéran avait résisté et ferait face à la dictature à laquelle la Maison Blanche a recours.

La proposition du président américain a suscité de nombreuses critiques parmi les hautes autorités iraniennes. Le président iranien Hasan Rohani, en réponse à la demande de Trump, a déclaré le 6 août qu’il n’acceptera jamais de négocier avec les Etats-Unis, car « le dialogue et les blocages financiers ne vont pas de pair ».

Le porte-parole de la chancellerie iranienne, Bahram Qasemi, a également rejeté à nouveau toute possibilité de conversation avec les Etats-Unis en raison de "la poursuite de la politique hostile" de Washington envers Téhéran.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

haj 2018
We are All Zakzaky