Téhéran appelle des ambassadeurs de Belgique, d'Allemagne et de France

Téhéran appelle des ambassadeurs de Belgique, d'Allemagne et de France

Le ministère iranien des Affaires étrangères convoque les ambassadeurs français et belges, ainsi que le chargé d'affaires allemand, pour protester contre l'arrestation d'un diplomate perse.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Seyed Abas Araqchi, a rencontré mardi l'ambassadeur français et le chargé d'affaires allemand à Téhéran, la capitale perse, pour exprimer la forte protestation de la République islamique sur l'arrestation d'un diplomate. Iranien - qui travaille à l'ambassade de la République islamique à Vienne (capitale de l'Autriche) - en territoire allemand, à la demande de la police gauloise.

Le détenu est accusé d'être impliqué dans une prétendue tentative ratée de mener une attaque contre une concentration du groupe terroriste Mujahideen Khalq (MKO, pour son acronyme en anglais), une formation anti-iranienne, à Paris (capitale française).

Araqchi a dénoncé que l'arrestation viole la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques (1961), qui stipule que le personnel diplomatique dans le monde bénéficie de l'impunité judiciaire, et a appelé à la libération "sans délai et conditions" du diplomate perse.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que la détention du responsable iranien était "un complot ourdi en ligne avec les intérêts américains" et Israël, dont l'objectif était de saper les relations entre l'Iran et l'Europe, en particulier à l'heure où le président iranien Hasan Rohani est en visite officielle en Suisse et en Autriche.

L'ambassadeur belge a également été convoqué par le directeur général des Affaires européennes du ministère iranien des Affaires étrangères pour recevoir la protestation de l'Iran pour la demande de Bruxelles de transférer le diplomate iranien détenu d'Allemagne en Belgique. Au total, cinq personnes ont été arrêtées pour l'affaire, dont deux en Belgique, qui, selon le porte-parole du ministère des Affaires étrangères perses, Bahram Qasemi, sont membres de l'OMK.

Qasemi a appelé mardi les accusations "infondées" selon lesquelles le diplomate arrêté était impliqué dans l'attentat manqué à Paris, et a considéré la mesure comme "un nouveau scénario de l'OMK visant à ruiner la position du pays perse parmi les Européens".

Alors que l'OMK est responsable de la mort de milliers de citoyens et d'officiels iraniens, la France autorise les terroristes de ce groupe à organiser des sommets sur son territoire. Les autorités persanes ont fermement réfuté la décision de Paris, affirmant que Mujahideen Khalq est "plus criminel que le groupe takfiri EIIL (Daesh, en arabe)".

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Quds cartoon
Iran à 40 ans de révolution