L'Iran répond à la propagande sur le départ de ses conseillers de Syrie

L'Iran répond à la propagande sur le départ de ses conseillers de Syrie

Les conseillers militaires iraniens sont en Syrie avec l'autorisation du gouvernement de Damas, souligne un haut responsable militaire iranien.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : En réponse à la dernière propagande publiée dans certains médias sur un prétendu accord pour "retirer les troupes iraniennes" du sud de la Syrie, le porte-parole en chef des forces armées iraniennes, le général Seyed Massoud Jazayeri, a annoncé ce dimanche que " Les relations entre l'Iran et la Syrie sont stratégiques et de longue date et aucun accord ne sera conclu entre les gouvernements de Téhéran et de Damas. "

Il a également souligné que les liens entre Téhéran et Damas sont profonds et ne seront jamais affectés par une telle "propagande".
 
Dans ce contexte, il a souligné que les conseillers iraniens, contrairement à l'armée américaine et aux réactionnaires régionaux, se trouvent dans le pays arabe à la demande du gouvernement et du peuple syriens.

Jazayeri a également expliqué que la plus grande crainte du régime israélien est de faire face aux combattants des pays islamiques, de sorte qu'il essaie, avec les Etats-Unis, de recourir à toute mesure pour changer cette situation.
 
Selon le porte-parole iranien, le régime de Tel Aviv n'a pas de "brillant avenir" en Syrie et le pays américain n'a d'autre choix que de quitter la région.

À cet égard, il a exprimé son espoir que les Syriens et les autres nations de la région connaîtront une fois de plus une vie dans laquelle les forces étrangères ne sont pas présentes dans leurs pays.
 
Samedi, le chancelier syrien Walid al-Moalem a indiqué qu'il n'y avait pas de présence militaire iranienne en territoire syrien, mais que ce sont des conseillers iraniens. En outre, il a remercié l'Iran pour son soutien dans la lutte contre le terrorisme et a exigé le retrait des forces américaines de son pays.

Depuis le début de la crise syrienne en 2011, Téhéran n'a jamais épargné son soutien à Damas face à la violence des nombreux groupes armés soutenus par les pays opposés au président syrien Bashar al-Asad, comme l'Arabie saoudite, la Turquie et les Etats-Unis. , aidant le pays arabe en envoyant des conseillers militaires.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Quds cartoon
We are All Zakzaky