"L'Iran ne demande pas la permission sur son pouvoir défensif conventionnel"

L'Iran ne négociera pas son programme de défense nationale ou avec les États-Unis ni avec d'autres pays, il demandera la permission à quiconque de renforcer son pouvoir défensif légitime, a assuré le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale d'Iran, Ali Shamkhani.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : "Le programme de missiles de l'Iran est totalement national et défensif. Nous ne demandons à personne la permission d'augmenter notre pouvoir défensif légitime et nous ne le négocions pas ", a déclaré Shamkhani dans une interview accordée à la chaîne de télévision qatarie Al-Jazira, publiée dimanche.

Rappelant que l'Iran n'a jamais eu d'intentions expansionnistes ou mené une guerre contre un pays, le politicien iranien a assuré que les tentatives de limiter les capacités militaires de l'Iran, tandis qu'Israël et les monarchies arabes augmentent leur arsenal militaire, n'a pas d'autre message que "Éliminer le pouvoir dissuasif" de Téhéran, qui augmente, contrairement à la volonté des ennemis.

Sur l'intention de Washington de négocier le programme défensif de l'Iran, Shamjani a souligné que "les Etats-Unis ce n'est pas du tout un partenaire fiable dans les négociations ", sans compter que" ce n'est pas logique "de négocier une question avec un pays qui ne respecte pas ses propres engagements.

A titre d'exemple, le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale d'Iran a rappelé le récent retrait de Washington du pacte nucléaire signé en 2015 entre Téhéran et le groupe 5 + 1 de l'époque (USA, UK, France, Russie et Chine, plus l'Allemagne) et a critiqué le manque d'actions sérieuses de l'Europe pour forcer la Maison Blanche à rester dans le pacte.

Shamkhani a estimé que les Européens ont commencé à réagir quand il était trop tard et n'ont pas réussi à changer l'opinion du président américain Donald Trump, qui a signé le 8 mai un décret de retrait des Etats-Unis de l'accord et activer des sanctions "sans précédent" contre l'Iran.

Il a fait valoir que si l'Europe veut sauver l'accord nucléaire, connu sous le nom de Plan d'Action Conjoint Compréhensive (JCPOA), elle doit "garantir" la pleine réalisation de tous les engagements convenus. Au contraire, a averti Shamkhani, l'Iran n'est pas obligé de rester dans le pacte et "nous continuerons avec nos politiques" à ce sujet, a-t-il promis.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Quds cartoon
We are All Zakzaky