Le chef de l'Iran dénonce les mensonges de Trump contre Téhéran

Le chef de l'Iran dénonce les mensonges de Trump contre Téhéran

Le chef de la révolution islamique d'Iran, l'ayatollah Seyed Ali Khamenei, critique le président des États-Unis, Donald Trump, pour avoir recouru à des mensonges et des menaces contre le pays perse dans son annonce de l'abandon de l'accord nucléaire conclu en 2015.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : "La nuit dernière, tout le monde a écouté les mots sans fondement du président américain. Peut-être qu'il y avait plus de dix mensonges qu'il a dit. Il a menacé à la fois le système (politique) et le peuple (d'Iran). Moi, en tant que représentant de la nation perse, disons: Trump! N'osez pas! ", A déclaré aujourd'hui l'ayatollah Khamenei.

Dans un discours devant un groupe de professeurs, d'enseignants, d'étudiants et d'enseignants, le dirigeant iranien a réitéré que, comme il l'a mentionné à plusieurs reprises, le programme nucléaire iranien n'est qu'un prétexte et l'hostilité américaine à la République Islamique n'a pas cessé avec le Plan d'Action Conjoint Compréhensive (JCPOA), nom officiel de l'accord nucléaire entre Téhéran et le G5 + 1.

Après avoir prétexté le problème nucléaire, maintenant la présence de l'Iran en Asie occidentale et son programme de missiles est dénoncé, a apostillé, mais si l'Iran admet négocier sur ces questions, de nouvelles excuses seront présentées. "La raison de l'hostilité américaine Au système de la République islamique est que la révolution islamique a mis un terme à la domination totale qu'ils avaient sur le pays ", a expliqué l'ayatollah Khamenei.

Ce que les Américains veulent, a souligné le dirigeant iranien, c'est que dans les différents pays au pouvoir avec lesquels ils peuvent piller le pays. A titre d'illustration, l'ayatollah Khamenei a fait référence à une lettre à laquelle Téhéran a souscrit, dans laquelle Trump demande que les dirigeants des pays riverains du golfe Persique dépensent 7 trillions de dollars pour tenter de dominer l'Irak et la Syrie, comme il l'a fait Washington.

"Il leur dit qu'ils doivent le faire; Il aimerait aussi le dire à la République islamique, mais maintenant nous avons la République islamique, la révolution islamique, et ils ne peuvent pas le supporter ", a-t-il souligné.

Cependant, l'Ayatollah Khamenei a indiqué: "On dit que nous allons continuer avec trois pays européens, bien que je ne fasse pas confiance à ces trois pays (...) S'ils veulent conclure un accord, prendre des garanties efficaces et indiscutables la même chose que les États-Unis. "

Le locataire de la Maison Blanche a réitéré mardi ses accusations contre la République islamique d'Iran et a expulsé les Etats-Unis du pacte nucléaire conclu en 2015 par l'Iran et le groupe 5 + 1 (USA, Royaume-Uni, Russie, France et Chine, plus Allemagne).

Parmi les accusations figurent la déstabilisation du Moyen-Orient, le soutien aux groupes terroristes et le développement de missiles balistiques à capacité nucléaire, bien que Téhéran ait à plusieurs reprises rejeté ces accusations, dénonçant le non-respect du pacte par Washington et le maintien de sa politique hostile au peuple iranien.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Arba'een
Mourining of Imam Hossein