Poutine met en garde contre une nouvelle attaque chimique terroriste en Syrie

Poutine met en garde contre une nouvelle attaque chimique terroriste en Syrie

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mercredi l'accord de son pays avec l'Iran et la Turquie pour renforcer l'échange d'informations afin de faire face aux projets terroristes en Syrie, qui "organisent des provocations avec des substances toxiques”.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : "Nous avons des preuves irréfutables que des terroristes en Syrie organisent des provocations avec des substances toxiques", a déclaré M. Poutine lors d'une conférence de presse dans la capitale turque, Ankara, avec ses homologues iranien et turc, Hasan Rohani et Recep Tayyip Erdogan.

Pour faire face à ces complots, la Russie, la Turquie et l'Iran ont convenu d'intensifier la coordination trilatérale dans tous les aspects de la lutte contre le terrorisme, en particulier en augmentant l'échange d'informations, a déclaré le dirigeant russe.
 
Cependant, Poutine a dénoncé le manque de soutien de la communauté internationale pour arrêter les terroristes en Syrie. "A part l'Iran, la Turquie et la Russie, personne ne fait rien pour apporter une aide humanitaire" au pays arabe, a-t-il déploré.

Le chef de l'Etat russe a souligné que Moscou, Ankara et Téhéran considèrent la défaite totale des terroristes comme un "objectif stratégique commun", puisque les criminels "n'arrêtent pas leurs tentatives de déstabiliser la situation et essaient de faire échouer les efforts pour faire avancer les choses". Processus de paix. "

Pour sa part, Rohani a défendu lors de la conférence de presse que la lutte contre le terrorisme doit se poursuivre jusqu'à l'éradication totale de ce fléau, bien que des groupes terroristes tels que l'EIIL (Daech, en arabe) aient déjà perdu leur pertinence en Syrie.

Le président iranien a également remis en question l'influence négative en Syrie des Etats-Unis et des Etats-Unis. À partir du régime israélien, ce qui complique la situation précaire subie par la population du pays arabe.

Après la réunion, les trois présidents ont publié une déclaration commune réitérant leur volonté d'éliminer tous les groupes terroristes qui restent actifs en Syrie.

Téhéran, Moscou et Ankara ont déployé des efforts conjoints depuis la fin de 2016 pour tenter de mettre fin à la crise syrienne. Les trois pays sont les garants d'un processus de paix qui a débuté en janvier 2017.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Quds cartoon
Iran à 40 ans de révolution