Décision US d’éliminer les mercenaires européens de Daesh

  • News Code : 864599
  • Source : Parti Anti Sioniste
Brief

Maintenant que les groupes terroristes de Daesh and Co ont pratiquement tous été défaits au sein des théâtres d’opérations syriens et irakiens et que ne subsistent d’entre eux que quelques groupuscules, se pose le problème de leur retour dans leurs pays d’origine.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : En effet, selon un rapport du Soufan Center, cabinet de renseignement de sécurité basé à Washington, intitulé : « Au-delà du califat les combattants étrangers et le danger de leur retour », « le retour dans leur pays d’au moins 5.600 » takfiristes résidant dans les zones contrôlées par la milice wahhabite terroriste Daesh représente un « défi énorme pour la sécurité ».

    Pour Soufan, sur « la cohorte de plus de 40.000 étrangers venant de 110 pays ayant afflué pour rejoindre l’EI avant et après la proclamation du califat en juin 2014 (…), il est inévitable que certains resteront attachés à une forme de jihad violent popularisé par l’EI et al-Qaïda ».

Le cabinet de renseignement indique également que c’est de Russie qu’est venu le plus grand nombre de djihadistes (3417), devant l’Arabie Saoudite (3244), la Jordanie (3000), la Tunisie (2962) et la France (1910).

 

    Selon Radicalisation Awareness Network, cité dans le rapport, au moins 30% des quelque 5.000 ressortissants de l’Union européenne qui étaient partis en Syrie et en Irak sont rentrés chez eux.

 

Pour l’administration américaine, le problème doit être réglé à la racine : en effet, l’envoyé spécial des États-Unis auprès de la pseudo-coalition anti-Daesh, Brett McGurk, prétend que les éléments étrangers (non syriens) de Daesh doivent être tués sur le champ de bataille en Syrie afin qu’ils ne puissent pas regagner leurs pays d’origine.

Maintenant que les terroristes ont été éradiqués par les forces de l’ « Axe de la Résistance » alliés à la Russie, mettant ainsi fin au projet américano-sioniste de remplacer le gouvernement syrien par un régime « ami », la question de l’effet boomerang se pose pour les états européens, France et Belgique en tête.

 

C’est là qu’il est intéressant de se poser la question de savoir comment les terroristes d’origine européenne ont-ils réussi à se déplacer en Irak ou en Syrie, en dépit des mesures draconiennes de sécurité établies par les pays de l’UE, pour empêcher ces infiltrations terroristes ?

 

On se souvient ainsi qu’au début de la crise syrienne, nos responsables politiques poussaient quasiment les musulmans français radicalisés à s’engager dans cette guerre contre le peuple syrien. On se souvient ainsi des propos de notre ex-ministre des affaires étrangères Laurent Fabius expliquant qu’ « Al-Nosra fait du bon boulot », que « Bachar al Assad doit mourir » et qui insistait pour que la France fournisse des armes aux groupes terroristes (qualifiés de rebelles modérés).

Les propos de Brett McGurk rejoignent ainsi ceux de notre ancienne ministre de la Justice, Rachida Dati, qui s’était prononcée au début du mois d’octobre dernier en faveur de l’assassinat ciblé des djihadistes en Syrie et en Irak pour éviter leur retour en Europe. Un comble pour une ancienne responsable chargée de faire respecter le droit et la justice !

 

    Elle déclarait alors : « Je sais que ce n’est pas politiquement correct de le dire, mais ceux qui veulent partir en Syrie ou Irak, non seulement, on devrait les laisser partir, mais surtout les empêcher de revenir par tous les moyens dont nous disposons! Je dis bien par tous les moyens dont nous disposons. Y compris par des assassinats ciblés. »

 

Tout est dit : envoyons-les comme chair à canon faire le boulot à la place de nos soldats occidentaux pour défendre nos intérêts au Moyen-Orient ainsi que la sacro-sainte « sécurité d’Israël », et lorsque leur mission sera terminée, éliminons-les.

 

    Le Parti Anti Sioniste a toujours tenu à informer l’opinion de cette stratégie mise en place afin d’envoyer nos jeunes concitoyens fraîchement « wahhabisés » et manipulés pour guerroyer en Syrie et en Irak.

    Nous alertions également contre les conséquences de cette stratégie et du danger que constituait le retour de ces terroristes au sein de nos pays occidentaux et la violence qui en découlerait.

    Nous avions aussi mis en garde ces Français et autres européens manipulés, en leur expliquant qu’ils ne faisaient que servir les intérêts des puissances de l’Empire américano-sioniste qui n’auraient aucun état d’âme à les éliminer le moment venu.

    Ce moment est arrivé : les terroristes de Daesh and Co seront exécutés par ceux-là même qui les ont embrigadés, armés, entraînés et financés, avant de les acheminer sur le terrain.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Arba'een
Mourining of Imam Hossein