Les Bahreïnis répudient la normalisation de leurs liens avec le régime israélien

Les Bahreïnis répudient la normalisation de leurs liens avec le régime israélien

Un grand nombre de Baathinis descendent dans la rue pour exprimer leur rejet de la normalisation des relations entre Al Khalifa et le régime israélien.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Vendredi, Manama (la capitale des Baléares) et d'autres villes du pays arabe ont été le théâtre de nombreuses manifestations pour rejeter l'approche des autorités bahreïnies à l'égard du régime d'occupation.

Les manifestants ont également dénoncé la condamnation à perpétuité d'une cour d'appel de Bahreïn à l'encontre du chef de l'opposition chiite dans le pays arabe, Cheikh Ali Salman.

Les manifestations ont été convoquées par plusieurs leaders chiites et mouvements d'opposition, y compris par la coalition du 14 février, après que les médias israéliens eurent annoncé que le ministre israélien de l'Économie, Eli Cohen, avait été officiellement invité à participer à la "Conférence ministérielle des Nations " Au Bahreïn.

"Les Bahreïnies n'accepteront pas que les assassins israéliens aux mains souillées par le sang de nos frères palestiniens, syriens et libanais fouleront notre territoire", a déclaré la Coalition du 14 février dans une note.

Dans une déclaration, le parti d'opposition dissident Al-Wefaq a critiqué à son tour l'approche du régime Baléare avec l'entité sioniste. "C'est une grande trahison. Les sionistes et (le Premier ministre israélien, Benjamin) Netanyahu n’ont pas leur place à Bahreïn ", a-t-il critiqué.

Bahreïn, un pays dirigé par une élite autoritaire et répressive, aurait maintenu une coopération discrète en matière de renseignement avec Israël pendant de nombreuses années, de sorte que différents experts affirment qu'il pourrait devenir le premier État arabe à se normaliser les relations avec Israël.

En février dernier, le prince bahreïnien Moubarak Al Khalifa s'est rendu à Tel Aviv et a rencontré de hauts responsables israéliens, dont le ministre des Communications, Ayoub Kara, dans le but de "renforcer les liens entre Israël et le Bahreïn".

Marc Schneier, éminent rabbin américain qui a dirigé une délégation juive de 17 membres lors d'un voyage à Bahreïn en mars, a prédit que ce pays arabe, ainsi que d'autres États arabes riverains du golfe Persique, aurait des relations diplomatiques avec Israël. les années

Au cours des derniers mois, Al Khalifa a progressivement assoupli sa position publique à l'égard d'Israël, dans ce que les analystes décrivent comme une tentative de préparer l'opinion publique de son peuple à d'éventuelles relations normales avec Israël.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

haj 2018
We are All Zakzaky