Les ministres des AE de l'OCI discutent du sort des Rohingyas

 Les ministres des AE de l'OCI discutent du sort des Rohingyas

Les ministres des Affaires étrangères des pays musulmans se sont réunis au Bangladesh pour discuter du sort des réfugiés Rohingya du Myanmar comme thème principal de la 45e session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Les ministres ont souligné lors de la réunion qui a débuté samedi à Dhaka, la capitale bangladaise, qu’il était nécessaire de prendre des mesures énergiques contre le gouvernement du Myanmar contre une répression qui a déplacé des centaines de milliers de Rohingyas de leurs maisons dans l’ouest du pays. état de Rakhine.

Environ 700 000 réfugiés ont fui Rakhine au Bangladesh depuis que le Myanmar a lancé la répression en août dernier. Les réfugiés ont signalé des meurtres, des viols et des incendies criminels commis par des membres des forces militaires et bouddhistes du Myanmar. La plupart des réfugiés ne veulent toujours pas retourner à Rakhine, craignant de subir de nouvelles attaques. Le gouvernement du Myanmar a refusé d’offrir des garanties fermes qu’un processus de rapatriement convenu avec le Bangladesh ne s’effondrerait pas.

En ouverture de la réunion de l’OCI, le ministre bangladais des Affaires étrangères, Abul Hassan Mahmood Ali, a déclaré que les pays musulmans devaient faire preuve de plus de solidarité avec les réfugiés Rohingya en faisant pression sur le gouvernement du Myanmar pour faciliter leur retour à Rakhine.

“A l’OCI, nous devrions prendre des mesures énergiques pour manifester notre solidarité avec eux et renforcer les efforts pour persuader le gouvernement du Myanmar de prendre des mesures urgentes pour le retour durable des Rohingyas dans leur patrie dans l’Etat de Rakhine”, a déclaré Ali.

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a qualifié la répression du Myanmar de Rohingya d’exemple de «nettoyage ethnique» alors qu’il soupçonne que les foules militaires et bouddhistes ont commis des actes de génocide contre les musulmans.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, qui a assisté à la réunion de l’OCI en tant qu’invitée, a déclaré que la communauté internationale avait le devoir de tenir compte des responsables des crimes contre les musulmans.

“… nous devons nous engager à demander des comptes aux auteurs de ces crimes. Nous devons travailler pour établir une voie claire vers la responsabilité pour les atrocités et les violations des droits de l’homme commises dans l’Etat de Rakhine “, a déclaré Freeland.

La répression à Rakhine a commencé après qu’un groupe de combattants Rohingya a revendiqué des attaques sur la police et les postes frontaliers dans la région. Le Premier ministre bangladais, Sheikh Hasina, a déclaré que ces attentats ont ajouté un nouveau carburant à une campagne visant à dépeindre les musulmans comme des “terroristes”, ajoutant que les nations musulmanes devraient essayer d’inverser cette tendance.

“Cela ne doit pas être acceptable parce que l’Islam est une religion de paix et nous croyons en la paix. Nous ne voulons pas que quelques personnes diffament cette religion sainte “, a déclaré Hasina lors de la réunion de l’OCI.

Avant la réunion, les diplomates ont visité les camps de la région de Cox’s Bazaar qui accueillent les réfugiés Rohingya.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Quds cartoon
We are All Zakzaky