Famille Mohamad Ali, arrêté pour être musulman en Amérique

  • News Code : 814162
  • Source : ABNA
Brief

Être musulman et noir, et ont un nom arabe étaient des motifs suffisants pour la détention des parents Boxer Mohamad Ali à l'aéroport en Floride.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Il est arrivé 7 derniers Février quand Muhammad Ali Jr., l'un des fils du légendaire boxeur américain et sa mère, Jalila Camacho-Ali, seconde épouse de Mohamad Ali, retour aux États-Unis étaient de la Jamaïque, où ils ont participé à un acte pour l'histoire des Noirs.

Ils ont été détenus pendant environ deux heures à l'aéroport de Fort Lauderdale, en Floride (Etats-Unis), en raison de leurs noms, qui sonnait comme l'arabe, a déclaré vendredi le journal Courier-Journal, citant Chris Mancini, un ami et avocat de la famille.

Mancini a déclaré la rétention Ali et sa mère répond directement à l'ordre exécutif controversé du président Donald Trump, visant à interdire temporairement l'entrée en US citoyens de sept pays à majorité musulmane.

"Pour la famille Ali, est très clair que cela est directement lié aux efforts de Trump pour interdire l'entrée des musulmans aux États-Unis," Mancini a déclaré au journal.

Jalila Camacho-Ali a été libéré après que les policiers leur ont montré une photo avec son célèbre mari, trois fois champion du monde poids lourd et une icône bien au-delà du sport. Mais en dépit de partager le fameux nom de son père, son fils n'a pas été aussi chanceux que nulle main avait un instantané similaire.

Ali Jr., né à Philadelphie en 1972, a été interrogé par des agents pendant deux heures, et s'il était musulman, selon l'avocat, qui a dit que la famille du boxeur défunt envisage signaler le cas et que vous essayez de savoir combien d'autres personnes ils ont subi le même traitement que Ali Jr.

Le veto de l'immigration controversée Trump, qui prétend le président cherche à protéger le pays contre d'éventuels actes terroristes, a ensuite été renversée par les tribunaux américains, mais le gouvernement travaille sur de nouveaux décrets sur le sujet.

Le décret présidentiel publié à la fin Janvier a touché des milliers de personnes, la plupart d'entre eux musulmans, pendant les quelques jours qui a été mis en œuvre. États-Unis annulé en ces jours plus de 100.000 visas demandés dans les pays touchés par le veto: l'Iran, l'Irak, la Libye, la Syrie, la Somalie, le Soudan et le Yémen.

La mesure a provoqué de vives protestations à l'intérieur et à l'extérieur des États-Unis, il a été condamné par de nombreux gouvernements et organismes internationaux des droits de l'homme, estimant qu'il "raciste et antimusulman".

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

پیام امام خامنه ای به مسلمانان جهان به مناسبت حج 2016
We are All Zakzaky