L'armée nigériane demande à Donald Trump de réprimer les chiites

L'armée nigériane demande à Donald Trump de réprimer les chiites

En réponse aux critiques de la répression contre les chiites, l'armée nigériane protège ses actions dans les commentaires de Trump sur l'utilisation de la force.

L’armée de ce pays africain a ouvert le feu samedi et lundi dernier contre un groupe de musulmans chiites de la capitale Abuja et de l’Etat voisin de Nasarawa, alors qu’ils protestaient pacifiquement contre l’emprisonnement du dirigeant du Mouvement islamique du Nigéria Anglais), Cheikh Ibrahim al-Zakzaki.

Selon Amnesty International (AI), au moins 45 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées, qui ont commémoré l'Arbain - le quarantième jour après l'anniversaire du martyre de l'imam Hussein (P) -.

Face à une vague de critiques sur cet acte violent, l'armée nigériane a publié vendredi une vidéo du discours prononcé par le président américain Donald Trump sur son compte Twitter, dans lequel il fait référence à la caravane d'immigrants d'Amérique centrale qui avance vers la frontière entre le Mexique et les États-Unis, avertissant que quiconque jettera des pierres sera considéré comme armé.

"S'il vous plaît, observez et tirez vos propres conclusions", déclare l'armée nigériane dans son compte de réseau social officiel, bien qu'elle ait supprimé le message quelques heures après sa publication.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

haj 2018
We are All Zakzaky