"L'apartheid israélien est encore pire que ce que l'Afrique du Sud a connu"

Le peuple palestinien est le sujet du pire régime d'apartheid, a déclaré le petit-fils de Nelson Mandela, qui rejette les crimes d'Israël en Palestine occupée.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : "Je vois une ressemblance troublante entre les lois racistes d'Israël et l'architecture de l'apartheid en Afrique du Sud. Les Sud-Africains reconnaissent l'apartheid quand on le voit. En fait, beaucoup de gens reconnaissent que le régime israélien est encore pire ", a déclaré Mandla Mandela, petit-fils du révolutionnaire sud-africain anti-apartheid, dans un article publié jeudi dans le journal britannique The Guardian.

Mandla a condamné la loi controversée "Etat-nation juif", adoptée le 19 juillet par le parlement israélien, qui considère les territoires palestiniens occupés comme un "Etat juif", une manifestation flagrante de "l'apartheid" israélien.

Dans le même ordre d'idées, il a souligné qu'avant même l'approbation de cette loi controversée, "il était facile de voir, pour quiconque le souhaitait", qu'Israël applique une politique raciste dans les territoires palestiniens occupés, tout en évoquant la construction du mur de séparation Israël dans la bande de Gaza et la création de "routes réservées aux colons", entre autres mesures.

Il a également critiqué la démolition par Israël de maisons dans le village bédouin palestinien de Jan al-Ahmar, situé en Cisjordanie occupée. "Le but de ce nettoyage ethnique est de faire place aux colonies de peuplement illégales dans les terres palestiniennes occupées", a déclaré Mandla.

Le petit-fils du révolutionnaire sud-africain anti-apartheid a comparé la répression israélienne des marches palestiniennes ayant fait des centaines de morts parmi la population civile au massacre de Sharpeville survenu en 1960 en Afrique du Sud, lorsque la police a ouvert le feu sur une manifestation contre l'apartheid dans la ville de Sharpeville, située dans le Transvaal, province actuelle de Gauteng.

Mandla a salué la campagne internationale "Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël" (BDS), qui vise à accroître la pression économique et politique exercée sur le régime de Tel Aviv pour les crimes commis contre les Palestiniens et a souligné la nécessité de soutenir des mouvements tels que celui-ci mettre fin à l'occupation israélienne et à la colonisation des terres palestiniennes.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Arba'een
Mourining of Imam Hossein