Fin d’une exposition sur sur Al Andalus musulmane au Maroc

 Fin d’une exposition sur sur Al Andalus musulmane au Maroc

En attendant de faire le tour de toutes les grandes villes du Maroc, la Bibliothèque nationale du Royaume a accueilli, durant le mois de mars, une magnifique exposition culturelle et historique sur Al Andalus musulmane, qui s’est clôturée en présence du ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laaraj, et de plusieurs personnalités du monde diplomatique, intellectuel, culturel et artistique. Des pièces on ne peut plus singulières, dont certaines sont uniques, que le large public de Rabat a eu le plaisir de découvrir et d’apprécier.

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Le visiteur ne peut qu’être émerveillé par l’histoire et les apports scientifiques, philosophiques, artistiques et culturels d’Al Andalus à la civilisation humaine, mettant en exergue les relations étroites entre le Maroc et Al Andalus pendant huit siècles, ayant abouti à ce patrimoine extraordinaire.

Des instruments d’astronomie, de chirurgie, des tableaux de conquérants, des peintures sur cuir, des manuscrits, des livres rares, des statues, des cartes géographiques… Autant de pièces et d’objets de musée que le Dr Mustapha Mechiche Alami, président de la Fondation Sidi M’chiche El Alami, a mis des décennies à rassembler. Son souci était de faire connaître ce legs historique aux générations actuelles et futures.

«Cette aventure remonte à la fin des années 1940 et au début des années 1950, alors que j’étais étudiant à Paris et que je faisais des aller-retour entre la France et le Maroc, en passant par l’Espagne. C’est là où j’ai découvert le patrimoine architectural de l’Andalousie. Cette région dont je suis tombé amoureux et où je suis revenu à plusieurs reprises, notamment à Cordoue, Séville, Grenade et Madinat Azzahra. À travers mes visites répétitives, j’ai commencé à établir des relations avec des antiquaires pour leur acheter des pièces et des objets qui ont une relation avec la civilisation d’Al Andalus. J’ai aussi fait connaissance et travaillé avec deux artistes très réputés, l’un fait un travail merveilleux sur le cuir et un autre célèbre pour la réalisation de statues. Sans oublier le soutien précieux des Fondations espagnoles qui s’intéressent à cet héritage civilisationnel de l’Andalousie», souligne le Dr Mustapha Mechiche Alami, dont les recherches ne se sont pas arrêtées en Espagne, puisqu’il a pu trouver à Francfort (Allemagne) un Institut de l’Histoire des sciences arabo-musulmanes qui l’a beaucoup aidé à acquérir d’autres pièces et objets de cette exposition.

«Cet Institut, qui existe depuis plus de cent ans, m’a aidé à faire les astrolabes et les instruments de médecine de l’époque musulmane en Andalousie. Et là, je saisis cette occasion pour remercier son directeur qui est un grand savant allemand d’origine turque. En visitant le Musée de cet Institut, je voulais moi aussi ouvrir un Musée à Kénitra, consacré à cette civilisation andalouse à l’époque musulmane. Mais je n’arrive pas encore à réaliser ce rêve pour plusieurs raisons qui ne dépendent pas de moi. En attendant, j’estime que cette exposition pourra faire le tour du Maroc. Je pense que la prochaine étape sera Oujda, suite à la proposition du ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laaraj, qui souhaite la voir exposée à l’occasion de l'événement “Oujda capitale de la culture arabe”», précise le Dr Mechiche Alami.

Fin/229

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) :

Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

haj 2018
We are All Zakzaky