Amnesty dénonce la disparition forcée de musulmans au Nigeria

Amnesty dénonce la disparition forcée de musulmans au Nigeria

L'ONG Amnesty International (AI) accuse le gouvernement nigérian de pratiquer des « disparitions forcées » contre des militants musulmans.

L'organisation défendant les droits internationaux a attaqué dans un communiqué publié jeudi contre le pays africain pour le sort inconnu d'au moins 600 membres du Mouvement islamique du Nigeria (IMN, pour son acronyme en anglais) depuis son arrestation en 2015.

"Le gouvernement nigérian a utilisé la disparition forcée comme une tactique de longue date pour faire taire les critiques et susciter la peur parmi la population civile. La disparition forcée est un instrument d’intimidation qui viole gravement les droits de l’homme. C'est inacceptable et doit cesser ", a déclaré le directeur de l'IA au Nigeria, Osai Ojigho.

Le fonctionnaire a également dénoncé la "souffrance" subie par les familles des personnes disparues car elles ne savent pas si leurs proches sont encore en vie ou morts. De cette manière, il a révélé que le gouvernement avait empêché certains "détenus au secret" d’avoir accès à leur famille ou à leurs avocats pendant neuf ans ou plus, tout en refusant de libérer un autre groupe de détenus malgré les décisions de justice.

Ojigho a appelé le gouvernement nigérian à "faire le bon choix" et à mettre un terme à la disparition forcée de personnes déjà menacées par des opérations militaires et des groupes terroristes armés comme Boko Haram.

Parmi les détenus se trouve le chef de l’IMN, l’éminent religieux Ibrahim Al-Zakzaky, arrêté illégalement en décembre 2015, lorsque des soldats nigérians ont pris d'assaut sa résidence dans la ville de Zaria (nord) et l'ont tué après l'avoir agressé à un certain nombre de fidèles et à certains de leurs enfants.

Son arrestation a provoqué plusieurs manifestations dans le pays africain, qui ont été brutalement réprimées par la police nigériane. À cet égard, Amnesty International a précédemment signalé que l’armée nigériane commet des violations « choquantes » des droits de l’homme en raison du recours excessif à la force par les militaires.

Fin/229


Faite Entrer votre commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

haj 2018
We are All Zakzaky